Partnerships in Urban Restructuring: Building Long-term Relationships or a Pragmatic Managerial Tool? The Dutch Experience

Authors


Anita Kokx (a.kokx@geo.uu.nl), Faculty of Geosciences, PO Box 80.115, Urban and Regional Research Centre, Utrecht University, Utrecht 3508 TC, The Netherlands.

Abstract

Abstract

In urban governance literature, much attention is paid to the ideas and ideals of cooperation in policy networks, in particular to the motives and objectives of cooperation at the start of urban restructuring processes. However, little consideration has been given to the dynamics of working in partnerships or to the conditions for long-term joint capacity building. In this article, we call attention to these issues. The main question addressed is: Which factors contribute to long-term cooperation? We have elicited the information required to answer the question through in-depth interviews with professionals and residents' representatives working in six Dutch urban restructuring neighbourhoods. Although we found some attempts to build long-term joint working capacity to address residents' needs, the findings indicate that this endeavour is impeded by the dominance of a scaled neoliberal governance arrangement in Dutch urban restructuring that features a strong market rationality with fragmentation in policies, time, space and decision-making power. We show that this situation hampers success in integrally addressing residents' needs in urban restructuring neighbourhoods. We conclude that, for more inclusive and coherent policies, the abandonment of neoliberal rationalities in urban policies is a first requirement for developing a real joint working capacity to address residents' needs in distressed neighbourhoods.

Résumé

Les textes de gouvernance urbaine s’intéressent beaucoup aux idées et idéaux de coopération dans les réseaux de l’action publique, et notamment aux motivations et objectifs d’une coopération en début de processus de restructuration urbaine. Toutefois, peu de réflexions portent sur les dynamiques de travail dans le cadre de partenariats ou sur les conditions permettant de bâtir une capacité conjointe sur le long terme. Attirant l’attention sur ces aspects, l’article s’interroge surtout sur les facteurs qui contribuent à une coopération à long terme. Les éléments nécessaires à la réponse sont tirés d’entretiens approfondis avec des experts et représentants d’habitants qui œuvrent dans six quartiers urbains en restructuration aux Pays-Bas. Même si les résultats révèlent quelques tentatives pour construire une capacité collaborative à long terme afin de répondre aux besoins des habitants, ils indiquent aussi que ces efforts sont entravés par l’omniprésence d’un dispositif redimensionné de gouvernance néolibéral, propre à la restructuration urbaine aux Pays-Bas et caractérisé par une forte rationalité de marché avec une fragmentation au niveau des politiques publiques, du temps, de l’espace et du pouvoir décisionnel. Cette situation nuit au traitement exhaustif des besoins des habitants dans les quartiers en restructuration. En conclusion, des politiques publiques plus complètes et cohérentes devront passer d’abord par l’abandon des rationalités néolibérales en matière d’action publique afin de développer une réelle capacité de collaboration pour répondre aux besoins des habitants des quartiers défavorisés.

Ancillary