Get access

Shenzhen: City of Suspended Possibility

Authors

  • JONATHAN BACH

    Corresponding author
    1. Global Studies Program and Graduate Program in International Affairs, The New School, USA
      Jonathan Bach (bachj@newschool.edu), Global Studies Program and Graduate Program in International Affairs, The New School, Suite 401, 66 W. 12th St., New York, NY 10011, USA.
    Search for more papers by this author

Jonathan Bach (bachj@newschool.edu), Global Studies Program and Graduate Program in International Affairs, The New School, Suite 401, 66 W. 12th St., New York, NY 10011, USA.

Abstract

Abstract

This essay on Shenzhen, China, presents three vignettes addressing the question of home in a city of migrants. The first section explores the ubiquitous narratives of success forming the city's foundational myth. The second follows this myth into the world of a Shenzhen filmmaker and his characters, as they navigate the tension between the idea of home and the urge to start anew, resulting in the suspended possibility of the title. The last section looks at young architects who hope to preserve the city's heterotopic sites of migrants and original villagers through architectural innovations. The cases show how an economy of desire supplements the political economy of this export-driven city. The city appears as an urban desiring machine that produces itself as an object of desire for the migrants of all classes who flock to its factories, ‘urban villages’, white-collar jobs, luxury villas and underground economy. The essay is an encounter with the mythology of success and failure, the intertwining of home as an end and home as the beginning, and with the manipulation of space that allows residents to control their own subjectivity.

Résumé

Ce travail sur Shenzhen présente trois évocations sur le thème du ‘lieu d'origine’ (home) dans une ville chinoise de migrants. La première partie revient sur les récits généralisés de réussites qui sont à la base du mythe fondateur de la ville. La deuxième suit ce mythe dans l'univers d'un cinéaste de Shenzhen et de ses personnages soumis aux tensions entre la notion de lieu d'origine et l'envie de recommencement, aboutissant à la ‘possibilité en suspens’ du titre. La dernière partie porte sur de jeunes architectes dont les innovations espèrent préserver, dans la ville, des sites hétérotopiques de migrants et d'anciens villageois. Les cas étudiés montrent comment une économie du désir s'ajoute à l'économie politique de cette ville orientée à l'exportation. La ville apparaît comme une machine urbaine en désir qui s'autoproduit en objet de désir pour les migrants de toute classe qui affluent vers ses usines, ‘villages urbains’, emplois de bureau, villas de luxe et son économie souterraine. Ce texte est une rencontre avec la mythologie du succès et de l'échec, avec le lien inextricable entre le lieu d'origine comme fin et comme début, et avec la manipulation de l'espace qui permet aux habitants de maîtriser leur propre subjectivité.

Get access to the full text of this article

Ancillary