SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • creative cities;
  • neoliberal urbanism;
  • policy mobility;
  • Netherlands;
  • Amsterdam

Abstract

The article presents a critical analysis of the reception and ramifications of creativity policies in the city of Amsterdam. The point is not to revisit critiques of creative cities policies per se, but rather to trace their consequences for the politics of urban governance — in one of their more receptive, if not ‘natural’, settings. The article explores how creativity policies actually work (and for whom) from the vantage point of one of Europe's most celebrated ‘creative cities’. It seeks to explain the persistence of the creativity syndrome — and the longevity, ubiquity and adaptability of the associated policy package — in the face of both social-scientific skepticism and mediocre ‘performance’. Finally, it raises the question of how, and with what effects, creativity policies travel between cities; how they mutate in interurban space.

Résumé

Cette analyse critique s'intéresse à la réception et aux ramifications des politiques publiques axées sur la créativitéà Amsterdam. Il ne s'agit pas de réexaminer les critiques sur les politiques des villes créatives en elles-mêmes, mais de repérer leurs conséquences sur les politiques de gouvernance urbaine, dans l'un de leurs cadres le plus réceptif, pour ne pas dire ‘naturel’. Le but est d'étudier comment (et pour qui) les politiques liées à la créativité fonctionnent réellement, vu de l'une des ‘villes créatives’ les plus renommées d'Europe. Il convient d'expliquer la persistance du syndrome de créativité— ainsi que la longévité, l'ubiquité et l'adaptabilité du train de mesures politiques associées — malgré le scepticisme des sciences sociales et un niveau de ‘performances’ médiocre. Est ensuite amené un questionnement sur la manière dont les politiques propres à la créativité sont transposées d'une ville à l'autre, sur les effets de cette transposition, et donc sur les mutations qu'elles subissent dans l'espace interurbain.