SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • Mexico;
  • mobility;
  • slums;
  • tourism

Abstract

This article draws attention to a controversial activity in poor urban neighborhoods. Slum tourism is a growing business worldwide and simultaneously it is a new form of encounter between the global South and the global North. Following the new mobilities paradigm, I investigate a particular form of slum tourism, which intertwines urban poverty and charity, representation and powerful imaginaries, tourist mobility and transnational lifestyles. This is the case in Mazatlán, Mexico, where a multidenominational church offers regular tours to the city's garbage dump. I scrutinize the various modes of (im)mobilities and their implications for peoples and places, interconnecting spheres which are conceived of as separate. In conclusion, I outline the ambiguous effects when marginalized spaces become integral parts of the urban representation.

Résumé

Cet article attire l’attention sur une activité discutable qui se déroule dans les quartiers urbains pauvres. Un tourisme de la misère se développe dans tous les pays et, parallèlement, constitue un type original de confrontation Nord-Sud. Le nouveau modèle de la mobilité permet d’étudier une forme particulière de ‘tourisme des bidonvilles’, qui mêle étroitement pauvreté urbaine et charité, représentation et imaginaires profonds, mobilité des touristes et styles de vie transnationaux. C’est le cas à Mazatlán, au Mexique, où une Église multiconfessionnelle propose régulièrement des excursions à la décharge municipale. Les divers modes de mobilités et d’immobilités, ainsi que leurs implications pour les populations et les lieux, sont étudiés en interconnectant des sphères qui sont censées être séparées. La conclusion expose brièvement les effets ambigus lorsque des espaces marginalisés deviennent des parties intégrantes de la représentation urbaine.