SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • filaggrin;
  • GSM-900;
  • melanocyte;
  • proteasome;
  • skin differentiation

Synopsis

Exposure to electromagnetic radiations (EMR) produced by mobile phone concerns half the world's population and raises the problem of their impact on human health. In this study, we looked at the effects of mobile phone exposure (GSM basic, 900 MHz, SAR 2 mW g−1, 6 h) on a model of pigmented skin. We have analysed the expression and localization of various markers of keratinocyte and melanocyte differentiation 2, 6, 18 and 24 h after EMR exposure of reconstructed epidermis containing either only keratinocytes or a combination of keratinocytes and melanocytes grown on dead de-epidermized dermis, using histology, immunohistochemistry and Western blot. No changes were found in epidermal architecture, localization of epidermal markers, presence of apoptotic cells and the induction of p53 in both types of epidermis (with or without melanocytes) after exposure to EMR. In pigmented reconstructs, no change in the location and dendricity of melanocytes and in melanin transfer to neighbouring keratinocytes was detected after EMR exposure. Loricrin, cytokeratin 14 were significantly decreased at 6 h. The level of all markers increased at 24 h as compared to 6 h post-EMR exposure, associated with a significant decrease of the 20S proteasome activity. Our data indicate that exposure to 900 MHz frequency induces a transient alteration of epidermal homoeostasis, which may alter the protective capacity of the skin against external factors. Presence or absence of melanocytes did not modify the behaviour of reconstructs after EMR exposure.

Résumé

L'exposition aux rayonnements électromagnétiques (EMR) produites par les téléphones mobiles concerne la moitié de la population mondiale et pose le problème de leur impact sur la santé humaine. Dans cette étude, nous avons examiné les effets de l'exposition au téléphone mobile (GSM de base, 900 MHz, SAR 2 mW g−1, 6 h) sur un modèle de la peau pigmentée. Nous avons analysé l'expression et la localisation des différents marqueurs de kératinocytes et la différenciation des mélanocytes 2, 6, 18 et 24 h après l'exposition EMR des épidermes reconstruits, cultivés sur un derme dé-épidermisé mort contenant soit seulement des kératinocytes ou une combinaison de kératinocytes et mélanocytes, en utilisant l'histologie, l'immunohistochimie et le western-blot. Aucun changement n'a été constaté dans l'architecture épidermique, la localisation de marqueurs épidermiques, la présence de cellules apoptotiques et l'induction de p53 dans les deux types d'épiderme (avec ou sans mélanocytes) après l'exposition aux REM. Dans les peaux reconstituées pigmentées, aucun changement dans l'emplacement et de dendricité des mélanocytes et de transfert de mélanine vers les kératinocytes voisins a été détectée après exposition au REM. Par contre, la loricrine et la cytokératine 14 ont été significativement diminuées après 6 h. Le niveau de tous les marqueurs a augmenté après 24 h, par rapport à 6 h après l'exposition EMR, ceci associé à une diminution significative de l'activité du protéasome 20S. Nos données indiquent que l'exposition à une fréquence de 900 MHz induit une altération transitoire de l'homéostasie de l'épiderme qui peut altérer la capacité de protection de la peau contre les facteurs externes. La présence ou l'absence de mélanocytes ne modifie pas le comportement des peaux reconstruites après l'exposition EMR.