Relation of Laboratory Evaluation to Clinical Effectiveness of Antiepileptic Drugs

Authors

  • J. G. MILLICHAP

    Corresponding author
    1. Division of Neurology and Seizure Clinic, Children's Memorial Hospital, and Departments of Neurology and Pediatrics, Northwestern University Medical School, Chicago, 111. (U.S.A.)
    Search for more papers by this author

720 N. Michigan Ave, Chicago, III. (U.S.A.).

Abstract

SUMMARY

The correlations between results of laboratory evaluations and clinical efficacy of antiepileptic compounds are as follows.

  • 1Suppression of electroencephalographic seizure discharges, particularly 3/sec spike-and-wave, focal spikes, and hypsarrhythmia, is correlated with control of the commonly associated clinical seizure patterns.
  • 2Drugs that control grand mal tonic seizures are effective against the maximal electroshock tonic seizure in mice and rats.
  • 3Drugs that control generalized or focal clonic seizures in patients protect mice from clonic experimental seizures, irrespective of the method of induction.
  • 4Clonic seizure patterns in patients and those induced by pentylenetetrazol, minimal electroshock stimuli, intracortical penicillin, and hyperthermia in animals, require larger doses of drugs for their control than the clinical tonic seizure pattern or that induced by maximal electroshock stimuli in animals.
  • 5Activity against pentylenetetrazol is not essential nor constantly predictive of efficacy against petit mal.
  • 6Drugs effective against petit mal have less potency against experimental seizures than drugs used in grand mal.
  • 7Drugs used in psychomotor epilepsy are effective against both tonic and clonic electroshock and pentylenetetrazol experimental seizures.
  • 8Infantile myoclonic spasms are controlled only by a drug with exceptionally high potency against clonic pentylenetetrazol seizures.
  • 9Inactivity against presently employed experimental seizures does not negate possible antiepileptic activity of a drug.
  • 10Animals with experimentally lowered seizure thresholds may be necessary to demonstrate anticonvulsant activity of some drugs.
  • 11Effective anticonvulsant doses in animals closely approximate the average effective daily doses in epileptic patients.
  • 12Acute neurotoxic doses in animals cannot be correlated with clinical toxicity, but protective indices, the ratio of the acute toxic to effective doses, are partially predictive.

RÉSUMÉ

Les corrélations entre les résultats des études de laboratoire et ľefficacité clinique des substances antiépileptiques s' établissent de la façon suivante:

  • 1La disparition des décharges épileptiques de ľélectroencéphalogramme et notamment des pointes-ondes à 3 c/sec, des pointes focales et de ľhypsarythmie est en corrélation avec la suppression des crises qui vont couramment de pair avec ces phénomènes.
  • 2Les médicaments qui suppriment les crises grand mal toniques sont efficaces contre les convulsions toniques maximales provoquées par ľélectrochoc chez la souris et chez le rat.
  • 3Les médicaments qui suppriment les crises cloniques généralisées ou focales chez ľhomme, protègent la souris contre les convulsions cloniques expérimentales, quelle que soit la méthode utilisée pour les provoquer.
  • 4Les crises cloniques chez ľhomme ainsi que celles qui sont provoquées chez Panimal par le pentylènetétrazol, les stimulations par électrochoc maximales, les injections intracorticales de pénicilline et ľhyperthermie, réclament, pour être supprimées, des doses de médicaments plus importantes que les crises toniques ou celles provoquées chez ľanimal par des stimulations par ľélectrochoc maximales.
  • 5Une activité antagoniste àľégard du pentylénetétrazol n'est ni indispensable ni constamment probante ďune efficacité a ľégard du petit mal.
  • 6Les médicaments efficaces àľégard du petit mal sont moins actifs contre les crises expérimentales que les médicaments employés pour combattre le grand mal.
  • 7Les médicaments utilisés dans le traitement de ľépilepsie psychomotrice sont efficaces àľégard des convulsions expérimentales tant toniques que cloniques provoquées par ľélectrochoc de même que contre les convulsions expérimentales provoquées par le pentylènetétrazol.
  • 8Les spasmes myocloniques infantiles ne sont supprimés que par un médicament douéďune activité exceptionnellement élevée àľégard des convulsions cloniques provoquées par le pentylènetétrazol.
  • 9Une absence ďactivitéàľégard des convulsions expérimentales actuellement employées ne signifie pas nécessairement que ce médicament est dénué de toute activité antiépileptique.
  • 10ľutilisation ďanimaux chez lesquels le seuil convulsif a été expérimentalement abaissé, est peut-être nécessaire pour mettre en évidence ľ activité anticonvulsive de certains médicaments.
  • 11Les doses anticonvulsives efficaces chez ľanimal sont très proches des doses journalières moyennes efficaces chez des patients épileptiques.
  • 1211 n'y a pas de corrélation entre les doses neurotoxiques aiguës chez ľanimal et la toxicité clinique, mais les indices de protection et le rapport entre la dose toxique aiguë et la dose efficace ont une valeur de prédiction partielle.

Ancillary