SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • F31;
  • F41

Abstract We show that recent explanations of the consumption-real exchange rate anomaly that rely on goods and financial market frictions are not robust to introducing just one additional international asset. When portfolios are selected optimally, international trade in two nominal bonds implies a consumption-real exchange rate correlation that is too high compared with the data even when there are many shocks. Monetary policy specification plays a potentially important role for the degree of risk sharing provided by nominal bonds, both in the benchmark model with only tradable and non-tradable sector supply shocks and also in the model that allows for news.

On montre que les explications récentes de l'anomalie de la corrélation consommation-taux de change réel qui sont construites sur les frictions dans les marchés des biens et de la finance ne sont pas robustes quand on introduit simplement un actif international additionnel. Quand les portefeuilles sont choisis de façon optimale, le commerce international dans deux obligations nominales implique une co-relation entre consommation et taux de change réel qui est trop élevée quand on la compare aux données même quand il y a plusieurs chocs. La spécification de la politique monétaire joue un rôle potentiellement important dans le degré de partage du risque fourni par les obligations nominales, à la fois dans le modèle de base qui permet seulement des chocs de l'offre dans les secteurs de biens transigés ou non-transigés, et dans le modèle qui permet des chocs en provenance de l'information.