Get access

Vanishing the Haida: George Dawson's ethnographic vision and the making of settler space on the Queen Charlotte Islands in the late nineteenth century

Authors


Abstract

Recent geographical studies of colonialism in British Columbia have illuminated the ways in which both imperial and native spaces came to be constructed in the province during the eighteenth and nineteenth centuries. Less attention has been paid to the discourses and practices inherent to making settler space in late nineteenth century British Columbia. This article focuses on geologist George Dawson's 1880 report on the Queen Charlotte Islands in order to analyze how his imaginative geography of future settlement and resource extraction (Dawson's principal contribution to the making of settler space on these islands) was legitimized by the past-oriented and quite nostalgic ethnographic study of the archipelago's indigenous Haida population included in the report's appendices. In essence, the ethnographic appendix articulated a colonial narrative of Haida decline that justified their virtual erasure from the descriptive and cartographic depictions of the islands' future resource landscapes set out in the main body of the report. By depicting the Haida as another example of North America's ‘Vanishing Indian’, Dawson's report served to position an ‘authentic’ Haida society in a rapidly-vanishing past from which they could stake few viable claims to the highly-coveted resource landscapes of the Queen Charlotte Islands.

Abstract

Les Haida en voie d'extinction: la vision ethnographique de George Dawson et la construction des espaces coloniaux à la fin du 19ième siècle Des études récentes en géographie menées sur le colonialisme en Colombie-Britannique ont montré comment les espaces impériaux et autochtones se sont formés dans la province au cours des 18ième et 19ième siècles. En revanche, les discours et pratiques nécessaires à la construction des espaces coloniaux à la fin du 19ième siècle en Colombie-Britannique ont moins retenu l'attention. Cet article se penche sur le rapport publié en 1880 par le géologue George Dawson sur les îles de la Reine-Charlotte afin d'analyser comment son dessein géographique sur l'établissement des colons et l'extraction des ressources – qui constitue la principale contribution de Dawson à la création d'espaces coloniaux dans ces îles – s'est trouvé légitimé grâce à l'étude ethnographique axée sur le passé et à caractère nostalgique qui porte sur la population autochtone Haida de l'archipel et qui a été joint en annexe du rapport. L'annexe présente essentiellement un récit colonial du déclin Haida justifiant ainsi leur absence quasi totale des descriptions et des cartes des éventuelles zones d'exploitation des ressources ayant fait l'objet d'une discussion dans le corps du rapport. En décrivant le peuple Haida comme un exemple type de ≪l'Indien en voie d'extinction≫ en Amérique du Nord, le rapport Dawson a servi à cantonner une société Haida dite ≪authentique≫ dans un passé lointain qui disparaissait à un rythme effréné et à partir duquel elle ne pouvait que difficilement revendiquer sa part des zones-ressources hautement convoitées des îles de la Reine-Charlotte.

Get access to the full text of this article

Ancillary