Where does all the talent flow? Migration of young graduates and nongraduates, Canada 1996–2001

Authors


Abstract

It has recently been suggested that cities and regions should focus upon attracting talented individuals as a means to develop. Such a suggestion implies two things: first that it is possible to meaningfully alter migration flows by way of local policy, and second that these flows have an effect on local growth (and not the reverse as has generally been admitted). In this paper, we begin to investigate the empirical foundations of such assertions by examining some structural determinants of graduate migration flows by comparing them, in a gravity model context, to flows of nongraduates. Our contention is that, if migration flows are structured by such factors, then policies aimed at modifying flows—and any research purporting to give such policy advice—must first take them into account. We show that migration flows are strongly dependent on basic gravity variables such as size and distance, but that these and other variables (such as income differences, presence of graduates and border effects) do not affect all flows equally. Furthermore, we show that certain factors that are assumed to be local (such as wage levels) in fact only operate at a provincial level. Thus policies implemented locally may have little or no effect if they are manipulating factors that operate at a different scale.

Abstract

Le flux des talents? La migration de jeunes diplômés et non-diplômés au Canada, 1996–2001

Récemment, il a été suggéré que les villes et régions devraient attirer les personnes talentueuses à des fins de développement. Ceci implique deux choses: d'abord, qu'il est possible d'infléchir les flux de migration par le biais de politiques locales et ensuite, que ces flux ont un effet sur la croissance locale (et non l'inverse, comme il est généralement admis). Dans cet article, nous nous demandons sur quelle base empirique reposent ces affirmations. L'analyse porte donc sur certains déterminants structuraux de ces flux en comparant, dans le contexte d'un modèle de gravité, les flux de diplômés et de non diplômés. Nous formulons l'hypothèse selon laquelle de tels déterminants peuvent structurer les flux de migration. Il en ressort qu'ils devraient être pris en considération dans l'élaboration de toute politique visant à infléchir les flux et dans le cadre de toute recherche menant à de telles recommandations. Nous montrons que les flux de migration dépendent de facteurs gravitationnels de base comme la taille et la distance, mais que d'autres facteurs (comme les différences de revenu, la présence de diplômés, et les effets frontières) n'ont pas le même effet sur tous les flux. De plus, nous montrons que certains facteurs présumés être de nature locale (comme les revenus) jouent plutôt à l'échelle provinciale. Pour être efficace, toute politique locale devrait en premier lieu déterminer l'échelle spatiale à laquelle correspondent les facteurs de migration en question.

Ancillary