SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • complementary and alternative medicine (CAM);
  • health care;
  • physicians;
  • medical geography
  • médecine complémentaire et parallèle;
  • soins de santé;
  • médecins;
  • géographie médicale

Shortages of family physicians, specialists and other personnel working within the realm of conventional medicine (CM) concern citizens in many regions and municipalities in Canada. Complementary and alternative medicine (CAM) approaches (such as chiropractic, holistic, homeopathic, naturopathic, massage and acupuncture) are increasingly used in conjunction with, or in some cases as replacements for, conventional medicine. Thus, to get an idea of ‘total’ health care supply in a jurisdiction and to draw comparisons between locations, it is useful to understand the spatial tendencies of both CM and CAM offices. With the use of a sample that contains the location, employment and sales of 4,955 CAM and 8,709 CM offices, this study details the spatial patterns of health care supply in the Canadian province of Ontario. The analysis comprises three main parts. First, the geographic tendencies of CAM and CM office activity are revealed in per capita terms and while regional differences are detectable, the main contrast is that CAM displays a much more even distribution across the urban-rural continuum in comparison to CM. Second, through the use of location quotients and a local spatial autocorrelation analysis, it is shown that certain municipalities (especially in Ontario's southwest and south-central regions) specialize in CAM and the most outstanding spatial feature is an ‘81 municipality CAM cluster’ that represents arguably the pinnacle of CAM activity in the province. CM specialization is rarer and is biased towards the more populated municipalities. Third, a Spearman's correlation analysis suggests that CAM and CM health care supply are associated with community well-being indictors and urban density measures.

Une évaluation géographique de l'offre « totale » de services de soins de santé en Ontario : la médecine complémentaire et parallèle versus la médecine conventionnelle

La pénurie de médecins de famille, de spécialistes et d'employés œuvrant dans le domaine de la médecine conventionnelle (MC) est au centre des préoccupations des résidents de nombreuses régions et municipalités canadiennes. Le recours à la médecine complémentaire et parallèle (MCP) est de plus en plus courant comme thérapie concomitante ou, dans quelques cas, comme thérapie de remplacement. Celle-ci comprend les traitements chiropratiques, holistiques, homéopathiques, naturopathiques, ainsi que la massothérapie et l'acupuncture. Pour obtenir une indication sur le niveau de l'offre « totale » de services de soins de santé dans un territoire donné et pour permettre la comparaison entre les différentes localités, il importe de se doter d'une compréhension des tendances spatiales des cliniques qui offrent des soins de santé conventionnels et de soins de santé complémentaires et parallèles. Pour ce faire, un échantillon est constitué de 4 955 cliniques spécialisées en MCP et de 8 709 cliniques spécialisées en MC. Les données recueillies fournissent des renseignements sur la localisation, l'emploi et les ventes, en plus de rendre compte des profils spatiaux de l'offre de services de soins de santé dans la province canadienne d'Ontario. L'analyse est réalisée en trois temps. Primo, les tendances géographiques des nombres d'opérations par habitant pratiquées par les cliniques spécialisées en MCP et en MC indiquent que, même si on observe des différences régionales, la MCP se distingue de la MC principalement par une distribution plus équilibrée dans le continuum urbain/rural. Secundo, les quotients de localisation et une analyse de l'autocorrélation spatiale locale montrent que quelques municipalités, en particulier celles qui sont situées dans les parties sud-ouest et centre-sud de la province, se démarquent des autres par les cliniques spécialisées en MCP. L'élément spatial le plus remarquable est un « agrégat de 81 municipalités MCP », ce qui constitue sans doute le summum de la MCP à l'échelle provinciale. La spécialisation de la MC se présente plutôt comme un phénomène d'exception et favorise surtout les municipalités plus populeuses. Tertio, les résultats d'un test de corrélation de Spearman laissent entendre que l'offre de soins en MCP et en MC est corrélée aux indicateurs de bien-être communautaire et à la densité urbaine.