Evaluating the Floe Edge Service: how well can SAR imagery address Inuit community concerns around sea ice change and travel safety?

Authors


/Adresse de correspondance: Gita J. Laidler, Department of Geography and Environmental Studies, Carleton University, Ottawa, Ontario K1S 5B6. E-mail/Courriel: gita_laidler@carleton.ca

Abstract

In response to increasing environmental and social changes in the past few decades, some Inuit hunters have been turning to scientific tools to help evaluate sea ice conditions. Simultaneously, there has been more scientific interest in understanding local scale processes through Inuit knowledge in order to develop a broader comprehension of dynamic sea ice conditions and implications of long-term change. Building on several years of collaborative research with Inuit sea ice experts in Cape Dorset, Igloolik, and Pangnirtung, Nunavut, and local expressions of interest in increased access and availability of satellite imagery of sea ice, the Polar View Floe Edge Service was expanded to each community in the spring of 2007. Follow-up workshops in November 2007 helped to evaluate and improve the service by considering previous local uses of satellite imagery and tailoring Floe Edge Service regions of interest to local areas of sea ice use. Through workshop discussions, several opportunities for the use of synthetic aperture radar (SAR) imagery emerged, including: seeing what is on (or within/under) the ice; monitoring seasonal and long-term sea ice changes; hazards assessment; planning travel routes; and facilitating search and rescue operations. A number of challenges were also identified, such as: SAR image interpretation; image spatial resolution; frequency of image acquisition; SAR image representation capabilities; and technological limitations. The workshops also provided some insights into intercultural and intergenerational exchanges and led to a number of recommendations to continue expanding and improving the Floe Edge Service. This case study shows how remote sensing can be incorporated into the suite of traditional indicators and technological tools that hunters draw upon in their evaluations of complex human-animal-environment assessments. In the face of declining and unpredictable sea ice conditions, bridging scales and knowledge systems will be essential in developing integrated monitoring systems to respond to increased political and economic pressures as well as safety concerns for travelling on or within ice-covered oceans.

Abstract

Évaluation du Service d’information sur la lisière de la banquise: dans quelle mesure les images RSO peuvent-elles répondre aux préoccupations des collectivités locales des Inuits à l’égard des changements de la glace de mer et de la sécurité des déplacements ?

Pour relever les défis posés par les changements environnementaux et sociaux, des chasseurs Inuits ont favorisé, au cours des dernières décennies, l’utilisation d’outils scientifiques pour mesurer l’évolution des conditions de la glace de mer. En parallèle, il existe de plus en plus de travaux scientifiques susceptibles d’éclairer, à partir des connaissances des Inuits, les processus qui opèrent à des échelles locales, afin d’élargir la compréhension des conditions de la glace de mer en évolution et des incidences des changements sur le long terme. Se situant dans le cadre des recherches menées sur plusieurs années en collaboration avec des experts sur la glace de mer utilisée par les Inuits dans les localités du Nunavut de Cape Dorset, Igloolik, et Pangnirtung, et suite à une demande formulée à l’échelle locale pour accroître l’accessibilité et la disponibilité des images satellitaires de la glace de mer, l’initiative Polar View du Service d’information sur la lisière de la banquise a pris de l’ampleur. Depuis le printemps 2007, elle s’étend à l’ensemble de ces collectivités. En novembre 2007, des ateliers de suivi ont été organisés afin d’évaluer et d’améliorer le service en tenant compte des usages locaux antérieurs de l’imagerie satellitaire et en adaptant les régions ciblées par le Service d’information sur la lisière de la banquise aux contextes locaux de l’utilisation de la glace de mer. Les discussions engagées lors des ateliers ont dégagé de nouvelles perspectives sur l’utilisation de l’imagerie radar à ouverture synthétique (ROS), notamment pour: visualiser ce qui se trouve sur, dans, ou sous la glace; surveiller l’évolution des changements saisonniers et à long terme de la glace de mer; évaluer les risques naturels; établir les itinéraires; et organiser les opérations de recherche et de sauvetage. Parmi les enjeux qui ont également été soulevés, soulignons: l’interprétation des images ROS; résolution spatiale de l’image; la définition de la résolution des images; la fréquence d’acquisition des images; les modalités de représentation des images ROS; et les limites des technologies. D’ailleurs, les ateliers ont permis de dégager de nouvelles pistes de réflexion sur les échanges interculturels et intergénérationnels et de proposer une série de recommandations en vue de développer et d’améliorer le Service d’information sur la lisière de la banquise. Cette étude de cas met en évidence la manière dont la télédétection peut s’intégrer, avec des indicateurs classiques et des outils technologiques utilisés par les chasseurs, dans les bilans des relations complexes entre les êtres humains, les animaux et l’environnement. Compte tenu du recul de la glace de mer et de son caractère imprévisible, il importe de réduire le décalage entre les échelles et les systèmes de connaissance, afin de soutenir l’élaboration de systèmes de surveillance intégrés pour réduire les pressions politiques et économiques de plus en plus fortes et pour assurer la sécurité des déplacements effectués sur ou à travers les océans couverts de glace.

Ancillary