SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • indigenous knowledge;
  • indigenist research paradigm;
  • inuit;
  • data management;
  • International Polar Year (IPY)
  • connaissances traditionnelles;
  • autochtone;
  • indigéniste;
  • Inuit;
  • gestion des données;
  • Année polaire internationale;
  • SIG critiques;
  • arctique

The International Polar Year (2007–2008) (IPY) established an IPY data policy that guides a formal data management (DM) process. The DM system envisioned includes data based on Indigenous knowledge systems linked to data collected in the Western scientific tradition. Based on experiences developing an online Atlas of Inuit Sea Ice Knowledge and Use (Siku Atlas) we argue that an ‘Indigenist’ DM program must be developed if the envisioned IPY DM system is to be realized. Existing ideas proposing an Indigenist research paradigm are discussed in the context of DM. To move towards the development and implementation of an Indigenist DM program, we review four key relationships for consideration when documenting Indigenous knowledge and managing the resulting data: Indigenous and Western scientific knowledge systems; communities and researchers; Indigenous knowledge and power; and Indigenous knowledge and documentation methods. To ground the discussion, we link Indigenist DM processes to the Siku Atlas development process and results. Last, lessons learned are presented along with an outline of directions for a research program in support of an Indigenist DM program.

Vers un programme indigéiste de gestion des données: Regards croisés sur le Projet d’utilisation et d’occupation des glaces marines par les Inuits

Une politique sur les données a été mise en place dans la foulée de l’Année polaire internationale (API) 2007–2008 afin de guider le processus de gestion des données. L’adoption d’un programme « indigéiste » de gestion des données est essentielle pour s’assurer que les grands projets de recherche comme l’API sont respectueux des populations autochtones, les font participer activement et peuvent établir un lien entre les données recueillies à partir d’une méthodologie scientifique occidentale et celles provenant des systèmes de connaissances indigènes. Un tel programme indigéniste se base sur le respect mutuel, la réciprocité et la responsabilité; il attire l’attention sur le contexte et les formes relationnelles qui existent en intervenant auprès des collectivités autochtones pour recueillir des informations sur leurs connaissances. En vue de favoriser l’élaboration et la mise en œuvre d’un programme indigéniste de gestion des données, nous avons examiné tout d’abord les quatre principaux éléments qui caractérisent le contexte des données à prendre en compte pour recueillir des informations sur les connaissances indigènes. La discussion qui en découle s’appuie sur les expériences que nous avons menées à travers le Projet d’utilisation et d’occupation des glaces marines par les Inuits de l’API et porte sur les initiatives visant à améliorer les pratiques de gestion des données et les moyens techniques employés pour cartographier et recueillir des informations sur les connaissances inuites. L’article se termine par un exposé des enseignements tirés et par un aperçu des principes de base d’un programme de recherche au service d’un programme indigéniste de gestion des données. Pour envisager, élaborer et mettre en œuvre un tel programme, il est nécessaire de nouer un dialogue entre les membres de la collectivité, les chercheurs, les conseillers juridiques, les conseillers techniques et le grand public.