Ethnohistorical geography and aboriginal rights litigation in Canada: memoir of an expert witness

Wiley Lecture, 3 June 2010, Regina, Saskatchewan

Authors


Arthur J. Ray, Department of History, University of British Columbia, Vancouver, BC, Canada V6T 1Z1. E-mail/Courriel: artray@interchange.ubc.ca

Abstract

Since the early 1950s, evidence from ethnohistorical geography has played an important role in aboriginal rights claims and litigation in North America. I became involved in Canadian aboriginal and treaty rights litigation over 35 years ago. My participation has included several landmark cases: Regina v. Horseman (treaty rights), Delgamuukw v. Regina (Comprehensive title claim), and Regina v. Powley (Métis rights). Most of the evidence that I have presented over the years has dealt with various aspects of the changing spatial economies of First Nations and Métis communities from Ontario to British Columbia. The Hudson's Bay Company's vast archive has been the primary source for this data.

Abstract

La géographie ethnohistorique et les litiges relatifs aux droits autochtones au Canada: les mémoires d’un témoin expert La Conférence Wiley, 3 Juin 2010, Régina (Saskatchewan)

Depuis le début des années 1950, les données recueillies en géographie ethnohistorique ont permis d’établir les bases sur lesquelles reposent les revendications des droits et les litiges autochtones en Amérique du Nord. Au fil des trente-cinq dernières années, je me suis consacré aux litiges relatifs aux droits autochtones et des traités au Canada. J’ai défendu plusieurs causes qui ont établi un précédent dont l’arrêt Régina c. Horseman (droits des traités), l’arrêt Delgamuukw c. Régina (le régime des titres fonciers autochtones), et l’arrêt Régina c. Powley (droits des Métis). J’ai réuni durant toutes ses années des données qui portent sur un certain nombre d’éléments au sujet de l’économie spatiale en transformation chez les collectivités des Premières nations et des Métis de l’Ontario à la Colombie-Britannique. Les fonds d’archives de la Compagnie de la Baie d’Hudson constituent la principale source de données utilisées.

Ancillary