The spatial economy of North American trade fairs

Authors

  • Harald Bathelt,

    1. Department of Political Science and Department of Geography and Program in Planning, University of Toronto, and Zijiang Visiting Professor, Department of Urban and Regional Economics, East China Normal University, Shanghai, China
    Search for more papers by this author
  • Ben Spigel

    1. Department of Geography and Program in Planning, University of Toronto
    Search for more papers by this author

Harald Bathelt, Department of Political Science and Department of Geography and Program in Planning, University of Toronto, Sidney Smith Hall, 100 St. George Street, Toronto ON M5S 3G3. Email/Courriel: harald.bathelt@utoronto.ca

Abstract

Through a study of trade fairs, this article illustrates that relational approaches to economic geography are not limited to the sphere of economic and social relationships. These relationships are influenced by and, in turn, shape material realities, such as specific infrastructure and the labour market, in a reflexive manner. Trade fairs are “relational events” that bring together regional, national, and often international producers, users, suppliers, and other agents of a value chain or technology field for the purpose of exchanging knowledge about technological and market developments, building partnerships, and maintaining existing networks through learning by interaction and observation. However, these events are also situated in space and time, grounded in the contexts of particular industries, trade patterns, public and private investments, as well as the economic geographies of places. Focusing on North America, this article presents and analyzes data on the economic geography of trade fairs and their regional economic impact (number of events, exhibitors, attendees, exhibition space). It explores regional trade fair patterns and dynamic changes in major trade fair cities by emphasizing the role of history and industry context.

L’économie spatiale des foires commerciales nord-américaines

À travers une étude portant sur les foires commerciales, cet article montre comment les approches relationnelles à la géographie économique ne se résument pas à la sphère des relations économiques et sociales. En effet, les réalités matérielles telles que des infrastructures particulières et le marché du travail agissent sur ces relations et sont déterminées par elles de manière réflexive. Les foires commerciales sont des «événements de mise en relation » visant à réunir un ensemble de producteurs, d’utilisateurs, de fournisseurs et d’autres représentants de la chaîne de valeur ou d’une technologie qui interviennent au niveau régional, national et souvent international, ceci dans le but de confronter des connaissances sur les évolutions technologiques et le développement de marchés, le renforcement des partenariats, et le maintien des réseaux existants à travers l’apprentissage par l’interaction et l’observation. Pourtant, ces événements se situent également dans l’espace et le temps et s’inscrivent dans des contextes spécifiques constitués d’industries, de structures d’échanges et d’investissements publics et privés, ainsi que dans des cadres géographiques et économiques particuliers. Dans cet article, on interroge une base de données sur la géographie économique des foires commerciales en Amérique du Nord et des retombées économiques qu’elles génèrent à l’échelle régionale (calculées selon le nombre d’événements, d’exposants, de visiteurs, et l’espace dédié aux expositions). On y présente les résultats d’une étude approfondie des schémas régionaux des foires commerciales et des transformations qui s’opèrent dans les dynamiques des villes qui les accueillent en insistant sur le rôle de l’histoire et du contexte industriel.

Ancillary