Wetland assessment and impact mitigation decision support framework for linear development projects: The Louis Riel Trail, Highway 11 North project, Saskatchewan, Canada

Authors


Bram Noble, Department of Geography and Planning, University of Saskatchewan, 117 Science Place, Saskatoon, SK S7N 5C8. Email/Courriel: b.noble@usask.ca

Abstract

Next to agriculture, road development is one of the most significant sources of stress to wetlands in Prairie Canada. However, there currently exists limited guidance for incorporating direct, indirect, and induced effects to wetlands in impact assessment and mitigation planning for small and often routine developments, including access roads or highway improvement initiatives. Based on the Louis Riel Trail, Highway 11 North twinning project in Saskatchewan, Canada, this article demonstrates a methodological approach and decision support framework for assessing and managing direct, indirect, and induced effects to wetlands from linear developments. No regulatory-based environmental assessment was required for the highway project; effects were deemed to be insignificant under current wetland mitigation practices. However, our results show that 1115 ha of potentially affected wetlands are located within a 500 m impact zone on either side of the proposed highway. More than 50 percent of these wetlands are seasonal, less than 1 ha in size, and typically not included in mitigation planning. An expert-based multi-criteria evaluation of impact and mitigation options for wetlands in the study area indicated “no net loss” as a planning priority, and a preference for a spatially ambitious mitigation plan focused on direct, indirect, and potentially induced impacts. In practice, however, mitigation is often restrictive, focused on mitigating only direct impacts within the project's right-of-way, in this case less than 50 ha of wetlands, resulting in the potential for significant net loss of wetland habitat and function. If the risk to wetlands is to be given due consideration in project planning and development for roads and road improvement initiatives, then structured assessment methods and decision support frameworks should be sensitive to the time and resource constraints of small projects and screening-type assessments. This requires also that wetland mitigation policies are developed and implementation plans formulated as part of project planning and assessment initiatives for linear developments.

Abstract

Évaluation et modèle d’aide à la décision sur les mesures d’atténuation d’impact sur les terres humides pour des projets linéaires : Le cas du sentier Louis-Riel de l’autoroute 11 nord, Saskatchewan, Canada

Au même titre que l’agriculture, la construction du réseau routier constitue l’un des plus importants facteurs de stress des terres humides dans les Prairies canadiennes. Cependant, les consignes en vigueur qui concernent l’intégration des effets directs, indirects et induits sur les terres humides présentent des limites, tant au niveau des évaluations d’impact, que de la planification des mesures d’atténuation pour la plupart des projets routiers de faible ampleur et d’entretien périodique qui comprennent notamment les travaux d’amélioration des routes d’accès et des autoroutes. À partir du projet d’élargissement à quatre voies du sentier Louis-Riel de l’autoroute 11 nord en Saskatchewan, Canada, cet article pose les bases d’une approche méthodologique et d’un modèle d’aide à la décision pour évaluer et gérer les effets directs, indirects et induits des projets linéaires sur les terres humides. Aucune évaluation environnementale soumise à la réglementation n’a été exigée pour le projet d’autoroute, et les effets ont été jugés négligeables en vertu des pratiques actuelles en matière d’atténuation des terres humides. Cependant, il ressort de notre étude que 1115 ha de terres humides susceptibles d’être touchées se retrouvent dans une bande de 500 m de part et d’autre du tracé de la nouvelle autoroute. Plus de la moitié des terres humides subissent des variations saisonnières et occupent une superficie de moins de 1 ha; elles n’entrent pas, de manière générale, dans la planification des mesures d’atténuation. Dans cette foulée, des experts ont effectué une évaluation multicritère portant sur les impacts et les différentes mesures d’atténuation d’impact sur les terres humides dans la zone d’étude. Ils défendent le principe de planification d’« aucune perte nette » et dressent un plan d’atténuation de grande envergure spatiale qui met l’accent sur les effets directs, indirects et potentiellement induits. Pourtant, la portée des mesures d’atténuation demeure souvent faible sur le terrain, celles-ci étant axées uniquement sur l’atténuation des impacts directs dans l’emprise routière du projet qui représente dans ce cas moins de 50 ha de terres humides, et qui se traduirait alors par d’importantes pertes des fonctions des terres humides et d’habitat. La question des risques auxquels les terres humides sont exposées mérite d’être prise en compte dans la planification et l’élaboration des projets d’aménagement et d’amélioration des infrastructures routières. Pour ce faire, il importe de se doter de méthodes structurées d’évaluation et de modèles d’aide à la décision permettant d’examiner plus en détail les facteurs liés au manque de temps et de ressources qui caractérisent les projets de faible ampleur et les évaluations préliminaires. Il importe aussi d’adopter des politiques d’atténuation des terres humides et d’établir des plans de mise en œuvre des mesures de planification et des travaux d’évaluation destinés aux projets linéaires.

Ancillary