Economic growth and restructuring in Canada's heartland and hinterland: From shift-share to multifactor partitioning

Authors


D. Michael Ray, Department of Geography and Environmental Studies, Carleton University, B349 Loeb Building, 1125 Colonel By Drive, Ottawa, ON K1J 8A1. Email/Courriel: davidmichaelray2003@yahoo.co.uk

Abstract

The geography of the Canadian economy has long been dominated by heartland-hinterland contrasts, with manufacturing identified as the dominant function of most heartland cities in analyses of the 1961 and 1971 census data. However, the proportion of employment in manufacturing has been declining in the heartland provinces of Ontario and Quebec over the past fifty years and some geographers argue that the heartland-hinterland dimension of the regional economy is being overridden by city-regions that are integrated into global networks of production and trade. The heartland-hinterland trends are examined using multifactor partitioning (MFP), an advanced shift-share methodology, for the period of 2001–2006. This is the first intercensal period in which Canadian business has faced the full impact of the removal of North American tariff protection and the increased globalization of the Canadian economy. The data covers employment by eighteen industry sectors for the seventy-three economic regions defined by Statistics Canada. MFP measures the region and industry-mix effects, which are interpreted as in the traditional shift-share model (though they are derived more accurately) and, in addition, an interaction effect. The results demonstrate that the broad heartland-hinterland differences in the distribution of population and employment growth are increasing not decreasing and that the hinterland is in fact falling further behind the heartland in employment growth. However the Calgary-Edmonton corridor and the Lower Mainland of British Columbia are emerging as a western heartland. The population size of cities does affect their rates of employment growth, but so too does their location: the growth of heartland cities is outpacing those in the hinterland. The Appendix provides the equations for two-variable multifactor partitioning.

Abstract

La croissance économique et la restructuration dans le centre et l’arrière-pays du Canada : De l’analyse de la variation des parts relatives au modèle de la partition multifactorielle

La perspective dominante en géographie de l’économie canadienne a depuis toujours mis en opposition le centre et l’arrière-pays et tenait pour acquis que les villes-centres étaient pour la plupart destinées à la production manufacturière (selon les analyses tirées des données de recensement de 1961 et 1971). Il reste qu’au cours des cinquante dernières années la proportion d’emplois dans le secteur manufacturier des villes-centres est à la baisse et certains géographes affirment que dans les études d’économie régionale la dimension centre/périphérie est en voie d’être déclassée par celle des villes-régions inscrites dans des réseaux planétaires de production et de commerce. S’échelonnant sur la période allant de 2001 à 2006, l’étude porte sur l’évolution récente du centre et de l’arrière-pays en s’appuyant sur un modèle de la partition multifactorielle et une méthode d’analyse avancée de la variation des parts relatives (shift-share). Il s’agit de la première période intercensitaire au cours de laquelle les entreprises canadiennes ont été confrontées aux effets de l’abolition des barrières tarifaires en Amérique du Nord et de l’économie canadienne de plus en plus mondialisée. Les données portent sur l’emploi dans les 18 secteurs industriels et sont ventilées selon le découpage en 73 régions économiques définies par Statistique Canada. La partition multifactorielle sert à exprimer les effets de la région et du profil industriel qui sont interprétés selon le modèle traditionnel des parts relatives tout en apportant des éléments de précision dont, en outre, l’effet d’interaction. Les résultats mettent en évidence que les différences au niveau de la répartition de la population et de la croissance en matière d’emploi entre le centre et la périphérie s’accentuent et que la croissance en matière d’emploi est en recul dans l’arrière-pays comparativement au centre. Cependant, un véritable centre de l’Ouest est en voie de formation dans le corridor Calgary-Edmonton et dans la région du Lower Mainland en Colombie-Britannique. Si la taille de la population des villes a une incidence positive sur les taux de croissance de l’emploi, leur localisation joue aussi un rôle important : la croissance des villes du centre est plus soutenue que pour celles de l’arrière-pays. Les équations utilisées dans le calcul de la partition multifactorielle à deux variables sont présentées en annexe.

Ancillary