Get access

Visualizing the directional bias in property crime incidents for five Canadian municipalities

Authors


Martin A. Andresen, School of Criminology, Institute for Canadian Urban Research Studies, Simon Fraser University, 8888 University Drive, Burnaby, BC V5A 1S6. Email/Courriel: andresen@sfu.ca

Abstract

There are three interconnected and fundamental elements that define the spatiality of crime: places, distances, and directions. Over the past 180 years, research has flourished for the first two fundamental elements with relatively little research on directionality. In this article, we develop a visualization technique allowing for the display of the directional bias for a large number of offenders that aids in subsequent analysis. We show that a directional bias in criminal activity is present overall, but is not monolithic. Consequently, urban form and understanding place play a strong role in criminal directional biases for moving through our environments.

Abstract

Se représenter le biais directionnel de l’incidence du crime contre la propriété dans cinq municipalités canadiennes

Il existe trois éléments reliés et fondamentaux pour définir le rapport entre le crime et l’espace : les lieux, les distances et les directions. Au cours des 180 dernières années, les recherches se sont multipliées portant sur les deux premiers éléments fondamentaux aux dépens de la question de la directionnalité. Dans cet article, nous élaborons une technique de représentation visuelle permettant de mettre en relief le biais directionnel d’un grand nombre de contrevenants dans l’optique d’améliorer les analyses ultérieures. Il se dégage que, dans l’ensemble, un biais directionnel existe au niveau des activités criminelles sans être monolithique. Par conséquent, la forme urbaine et la connaissance du lieu jouent un rôle de premier plan dans les biais directionnels de la criminalité qui traversent nos milieux de vie.

Get access to the full text of this article

Ancillary