SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • Aboriginal children's health;
  • food allergies;
  • access to care;
  • logistic regression;
  • off-reserve
  • santé des enfants autochtones;
  • allergies alimentaires;
  • accès aux soins;
  • régression logistique;
  • hors réserve

Food allergies have emerged as an important public health risk in many countries, Canada included, affecting children at a disproportionate rate. However, we know very little about food allergies among Aboriginal children in Canada, who are often characterized as representing a particularly vulnerable population with respect to health and life conditions more generally. Our objective was to address this gap by exploring the prevalence and management of food allergies in this population. Data from the 2006 Aboriginal Children's Survey were used for this analysis. Descriptive analyses were undertaken to determine the prevalence of diagnosed food allergies among off-reserve Aboriginal children, and logistic regression was used to explore factors associated with diagnosis, and the determinants of receiving treatment. Estimates of prevalence (2.9%) appear lower than the general population in Canada. Controlling for demographic and socioeconomic factors, co-morbidity of asthma and access to family physicians and specialists (e.g., allergists) most strongly predicted both prevalence and treatment. Lower prevalence rates suggest either truly lower rates or lower rates of detection in this population. Access to treatment appears most significant for diagnosis and treatment for this population, raising important directions for future research addressing disparities in the management of food allergies among Aboriginal children.

Diagnostic et traitement des allergies alimentaires chez les enfants autochtones hors réserve au Canada

Les allergies alimentaires ont fait leur apparition comme un risque majeur de santé publique dans nombreux pays, y compris le Canada; et les enfants les subissent d'une manière disproportionnée. Cependant, nous en connaissons très peu sur les allergies alimentaires chez les enfants autochtones au Canada, eux qui constituent une population particulièrement vulnérable tant au niveau de la santé que des conditions de vie en général. Nous nous sommes donc employés à combler cette lacune en examinant la prévalence et la gestion des allergies alimentaires au sein de cette population. Cette étude s'est appuyée sur les données tirées de l'Enquête sur les enfants autochtones de 2006. Des analyses descriptives ont permis d'estimer la prévalence des allergies alimentaires diagnostiquées parmi des enfants autochtones hors réserve et une régression logistique a été effectuée pour analyser les facteurs associés au diagnostic et ceux déterminant le commencement d'un traitement. La prévalence estimée (2,9%) parait moins élevée que dans l'ensemble de la population canadienne. Le contrôle des variables indique que les facteurs démographiques et socioéconomiques, la présence de la comorbidité asthmatique et l'accès à des médecins de famille et des spécialistes (par exemple, des allergologues) sont les meilleurs prédicteurs de la prévalence et du traitement. Les faibles taux de prévalence indiquent soit des taux réellement inférieurs, soit des taux de détection plus faibles dans cette population. L'accès au traitement semble donc être plus important dans le diagnostic et le traitement de cette population, ce qui ouvre à cet égard de nouvelles perspectives de recherche qui permettront de réduire les disparités dans la gestion des allergies alimentaires chez les enfants autochtones.