SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • migration;
  • Greenbelt;
  • Greater Golden Horseshoe;
  • commuting
  • migration;
  • Ceinture verte;
  • grande région du Golden Horseshoe;
  • navettage

Southern Ontario's Greater Golden Horseshoe (GGH) is the most heavily populated and urbanized region in Canada. Given its large population size, economic importance, and projected population growth, the Ontario provincial government recognized the need to plan for the growth of jobs and people to avoid the adverse effects of urban sprawl, traffic gridlock, and the loss of farmland and natural areas. Ontario's 2005 Greenbelt Plan and 2006 Growth Plan for the Greater Golden Horseshoe (Places to Grow) established the legislative framework to guide development and population growth within southern Ontario. While directing development and promoting population growth in specified areas, an unintended consequence of these legislative plans may, however, be increased commuting distance as workers commute from beyond the Greenbelt into the employment dense areas inside the Greenbelt. This article focuses upon the intersection between migration and commuting distance in southern Ontario's GGH region, within the context of ongoing population growth, and Greenbelt and Places to Grow legislation. Results indicate that migrants moving beyond the Greenbelt have generally longer commute distances, with implications for the sustainability of communities and government policies aimed at reducing the carbon footprint.

La migration, la distance de navettage et la durabilité urbaine dans la grande région ontarienne dite du Golden Horseshoe : Les conséquences du Plan de la Ceinture verte et du plan Place à la Croissance

La grande région du Golden Horseshoe (ou fer à cheval doré) située dans le sud de l'Ontario est la région la plus peuplée et urbanisée au Canada. En raison de l'ampleur de sa population, de son poids économique et de la croissance démographique prévue, le gouvernement provincial de l'Ontario reconnait la nécessité de disposer d'un plan de gestion de la croissance des emplois et de la population afin d'éviter les effets négatifs de l'étalement urbain, des bouchons de circulation, et la disparition des terres agricoles et des milieux naturels. L'Ontario a mis sur pied le Plan de la Ceinture Verte en 2005 et le Plan de Croissance pour la région élargie du Golden Horseshoe (Place à la Croissance) en 2006. Elle a ainsi défini le cadre législatif pour orienter le développement et la croissance démographique dans le sud de l'Ontario. Si le développement et la croissance démographique ciblent les zones établies par les plans, une des conséquences imprévues de ce projet de loi serait de contribuer à l'augmentation de la distance de navettage alors que des travailleurs en provenance de l'extérieur de la Ceinture verte auront désormais à effectuer leurs déplacements quotidiens vers et depuis les lieux de travail de la zone. Cet article s'intéresse au croisement entre la migration et la distance de navettage dans la grande région du Golden Horseshoe du sud de l'Ontario dans des conditions marquées par la croissance continue de la population et par les lois Ceinture verte et Place à la croissance. Les résultats révèlent que la distance de navettage des migrants qui s'établissent au-delà de la Ceinture verte est généralement plus longue, ce qui entraîne des conséquences sur la durabilité des communautés et sur les politiques publiques de réduction de l'empreinte carbone.