SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • social capital;
  • migration;
  • climate change adaptation;
  • agriculture
  • capital social;
  • migration;
  • adaptation aux changements climatiques;
  • agriculture

Abstract

This study examines the role played by social capital in the migration of rural households from drought-stricken areas of southern Saskatchewan to the Aspen Parkland during the 1930s. During a period of extremely difficult economic and environmental conditions rural households relied heavily on social networks, and the capital generated within them, to identify and select potential migration destinations, and to integrate into a destination region very different in agro-ecological terms than the source areas. By combining archival and secondary data and findings from in-depth interviews with migration participants, an enhanced understanding was obtained of the relationship between social capital, migration, and adaptation processes during Depression-era droughts. This case study, and the insights derived from it, is a useful historical analogue from which to improve our understanding of future adaptation and migration responses to anthropogenic climate change under similar socio-economic and geographical conditions.

Le capital social et l'intégration des migrants touchés par la sécheresse en Saskatchewan dans les années 1930

Cette étude s'intéresse au rôle que le capital social a joué dans la migration des familles rurales fuyant les régions affectées par la sécheresse dans le sud de la Saskatchewan vers la forêt-parc à trembles [Aspen Parkland] pendant les années 1930. À cette époque, les agriculteurs étaient confrontés à des conditions économiques et environnementales difficiles. Ils dépendaient alors beaucoup sur les réseaux sociaux et le capital qu'ils pouvaient générer pour leur fournir des renseignements et sélectionner leur destination migratoire et les soutenir dans leur intégration dans une région dont les conditions agro-écologiques différaient de celles de leur terre d'origine. À partir de bases de données secondaires et d'archives ainsi que des constats tirés des entrevues en profondeur menées auprès de participants qui ont vécu cette migration, des connaissances plus fines ont été acquises sur la relation qui existait entre le capital social, la migration et les processus d'adaptation pendant les sécheresses de la Grande Dépression. Cette étude de cas et les perspectives qui en découlent peuvent s'employer de manière analogique dans l'histoire afin d'améliorer nos connaissances sur l'adaptation et la migration à l'avenir en réponse aux changements climatiques anthropiques dans des conditions semblables sur les plans socio-économique et géographique.