SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • residential location;
  • young adults;
  • gentrification;
  • inner city;
  • generation
  • lieu de résidence;
  • jeunes adultes;
  • gentrification;
  • quartiers centraux;
  • génération

Abstract

Considering Vancouver and Montreal as case studies, this article demonstrates the increasing centralization of the young adult population since the early 1980s. Gentrification, which brings higher income earners to the inner city, is often explained as a class-based process associated with post-industrial, post-Fordist, and, more recently, neo-liberal restructuring. However, delays in child-bearing, increasing educational attainment, and the growing amenity and housing component in inner cities have also sharpened the division of space by demographic variables such as age and household size—variables that relate to life-cycle stage, consumption practices, and generational differences. This article contributes to the understanding of the factors delineating urban space by considering residential location patterns of two different generations of young adults in two metropolitan areas. The findings show that today's young adult residential ecology is increasingly defined by proximity to transit, high-density housing, and walkability to urban amenities. Due to the higher-priced housing market and land use planning policies emphasizing densification, the residential pattern is one of concentrated decentralization in Vancouver. In Montreal, centralization of young adults is mostly associated with changing household profiles. In both metropolitan areas, the inner city residential ecology is increasingly delineated by young adults.

Résumé

S'articulant autour d'études de cas menées sur Vancouver et Montréal, cet article révèle que, depuis le début des années 1980, le phénomène de la centralisation de la population de jeunes adultes va en s'amplifiant. Le processus de gentrification qui amène des personnes aisées vers les quartiers centraux est souvent décrit comme étant fondé sur la classe sociale et repris dans un cadre conceptuel post-industriel, post-Fordiste et plus récemment aussi dans celui de la restructuration néolibérale. Mais le report de la maternité vers un âge plus avancé, l'accroissement du niveau de scolarité et l'importance que l'on accorde aux équipements et services publics ainsi qu'au logement dans les quartiers centraux des villes d'aujourd'hui ont également contribué à créer une division encore plus marquée des caractéristiques démographiques de l'espace central de la ville. Celles-ci comprennent l'âge et la taille du ménage qui renvoient au cycle de vie, aux pratiques de consommation et aux différences entre les générations. Cet article contribue à une meilleure compréhension des facteurs qui définissent les contours de l'espace urbain à partir d'un examen des trajectoires résidentielles de deux générations différentes de jeunes adultes dans deux régions métropolitaines. Les constats qui s'en dégagent montrent que l'écologie résidentielle actuelle des jeunes adultes se définit de plus en plus par la proximité du transport en commun, des ensembles résidentiels de forte densité et le potentiel de se rendre à pied aux équipements et services publics en milieu urbain. À Vancouver, la trajectoire résidentielle est celle d'une « décentralisation concentrée », ce qui s'explique par un marché du logement dont les prix sont plus élevés et par le fait que les politiques d'urbanisme encouragent la densification. À Montréal, la centralisation des jeunes adultes est surtout associée à l'évolution des profils des ménages. Dans les deux régions métropolitaines, l'écologie résidentielle des jeunes adultes joue une part grandissante dans la définition des contours des quartiers centraux.