SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • fish harvesters;
  • local knowledge;
  • inshore fishery;
  • coastal communities;
  • Newfoundland
  • pêcheurs;
  • connaissances locales;
  • pêche côtière;
  • communautés côtières;
  • Terre-Neuve

Abstract

Our investigation examines the perspectives of fish harvesters on key challenges facing the inshore fishery in Newfoundland and Labrador. The findings, based primarily on in-depth interviews with harvesters in the town of Change Islands, show that fishers are deeply concerned about ineffective regulations, low prices for their catch, and rationalization policies. They explain how existing regulations restrict traditional cooperative fishing practices and impose rules that are not suited for local environmental conditions. Low prices for fish landed, they argue, are caused in part by lack of competition among buyers and a bonus system that favours larger enterprises. These conditions, combined with policies aimed at reducing the fishing fleet and barriers to youth involvement, threaten the long-term survival of coastal communities. Overall, current policies keep inshore harvesters on the sidelines of an increasingly industrialized fishery. Local fish harvesters have valuable local, place-based knowledge that can be used to develop more effective fishery management policies and marketing strategies, and in this article we share their recommendations on how to build more sustainable fisheries. However, traditional fishing communities—along with the potential social, cultural, economic, and environmental benefits of smaller-scale, community-based fishing—need to become more visible for these changes to occur.

Résumé

L'enquête que nous avons menée explore les perspectives des pêcheurs sur les principaux défis de la pêche côtière auxquels ils sont confrontés à Terre-Neuve et au Labrador. Les constats qui s'en dégagent sont tirés principalement des entretiens en profondeur réalisés auprès de pêcheurs dans le village de Change Islands. Ils montrent combien les pêcheurs sont fortement préoccupés par les réglementations inefficaces, la faiblesse de la valeur marchande de leurs prises et les politiques de rationalisation. Dans le tableau qu'ils dressent, la réglementation actuelle pose une limite aux pratiques coopératives de la pêche traditionnelle et impose des règlements inappropriés pour les conditions environnementales locales. À leur avis, les prix trop bas pour les poissons capturés sont en partie le résultat de l'absence de concurrence parmi les acheteurs et d'un système de bonus qui favorise les entreprises de plus grande envergure. Ces conditions, auxquelles s'ajoutent des politiques qui envisagent la réduction de la flottille de pêche et des obstacles qui ne favorisent pas l'entrée des jeunes dans le métier, constituent des menaces à la survie à long terme des communautés côtières. En général, les politiques existantes maintiennent les pêcheurs côtiers à l'écart d'un secteur de la pêche de plus en plus industrialisé. Les pêcheurs locaux ont acquis des connaissances de haute valeur sur leur milieu, connaissances qui peuvent servir dans l'élaboration de politiques de gestion de la pêche et de stratégies de mise en marché plus efficaces. Cet article est l'occasion pour nous de faire connaitre leurs recommandations sur la façon de parvenir à une pêche plus durable. Il reste que, en plus des bénéfices sociaux, culturels, économiques et environnementaux potentiels que rapporte la pêche communautaire, à plus petite échelle, les communautés traditionnelles de pêche doivent être mieux connues afin que des changements en ce sens soient initiés.