When the Wealthy Are Poor: Poverty Explanations and Local Perspectives in Southwestern Madagascar

Authors


Abstract

ABSTRACT  To reduce poverty, one must understand what poverty means in local contexts. We used focus groups to elicit a “folk model” of poverty from Masikoro, Vezo, and Mikea people in rural southwestern Madagascar and then placed this model in dialogue with four social science models: economic growth, substantivism, mode of production, and livelihoods. The folk model emphasizes household continuity, production of people, and exploitative expropriation by the wealthy. Absent from the folk model is scarcity of natural and social resources, the core of economic growth and livelihoods explanations. Consistent with substantivism, poverty and wealth are states one may occupy simultaneously, not maximizable quantities. Compatible with mode of production, the root cause of poverty is the rules regarding control over property. Poverty interventions based on profit, competition, intensification, or devolution of control to traditional social institutions would likely be culturally foreign to rural Malagasy and could further the gap between rich and poor.

Abstract

RÉSUMÉ  Pour réduire la pauvreté il faut comprendre le sens que cette notion revêt localement. Nous avons eu recours à des groupes de discussions pour construire un modèle de ce qu’est la pauvreté dans des zones rurales du Sud-ouest de Madagascar, chez les Masikoro, Vezo, et Mikea. Nous avons confronté ce modèle local avec quatre modèles théoriques issus des sciences sociales: la croissance économique, le substantivisme, les modes de production, et les moyens de subsistance. Le modèle local met l’accent sur la continuité des ménages, la production des personnes et l’exploitation par les riches. La question de la rareté des ressources naturelles, au centre des approches de croissance économique et de moyen de subsistance, y est absente. On y trouve toutefois des similitudes avec le substantivisme: ainsi les définitions de pauvreté et richesse sont centrées sur la notion d’états que l’on peut occuper simultanément plutôt que sur des quantités à maximiser. Il y a cohérence également avec la notion de modes de production: la pauvreté serait en lien avec le contrôle des droits de propriété privée. Il ressort de ce modèle que les interventions contre la pauvreté, axées sur la délégation de ce contrôle aux institutions traditionnelles, sur la maximisation des profits, ou sur la concurrence seraient incomprises localement et pourraient creuser le fossé entre riches et pauvres.

Ancillary