Electroantennogram responses of the Mediterranean fruit fly, Ceratitis capitata to identified volatile constituents from calling males

Authors


Abstract

Abstract

Fifty-six compounds from the odor of ‘calling’, sexually mature, laboratory reared males of the Mediterranean fruit fly, Ceratitis capitata (Wiedemann) (Diptera: Tephritidae)*** were isolated by headspace trapping on Tenax columns and identified using GC/MS techniques (69 total compounds were detected). Electroantennogram responses (EAGs) to 54 of the 56 identified compounds as well as 5 analogs were tested on both sexes. Significant differences between the sexes in their responsiveness were found in 9 of the 54 identified compounds tested. There was no correlation between the amplitude of the EAG response and the relative abundance of compound identified from headspace analysis. Of the five ‘major’ identified components, three elicited relatively small EAG responses, while two elicited large EAGs compared to the hexan-1-ol standard. The relative ranking of EAG responses were: methyl and ethyl hexenoates and hexanoates > C4-C6 esters and/or acetates > ethyl and methyl octenoates > monoterpenes > sesquiterpenes > C2-C5 acetates, alcohols and ketones. Behavioral bioassays on each of the five ‘major’ identified components as well as a blend of six of the compounds showed some degree of attractancy to virgin females which in some cases approached the response to a ‘pheromonal’ standard (male odors absorbed onto filter paper). These results are discussed in relationship to the insect's antennal sensitivity to putative ‘pheromone’ components and/or allomonal components and to other reported C. capitata pheromone studies.

Résumé

Electroantennogrammes de Ceratitis capitata (Dipt.: Tephritidae) en présence de composés volatiles isolés et identifiés, produits par des mâles en appel

Cinquante-six composés de l'odeur de mâles de C. capitata Weidemann, élevés en laboratoire, sexuellement mûrs et en appel, ont été isolés par piégeage sur colonnes tenax et identifiés par la technique GC/MS (69 composés avaient été détectés en tout). Les électroantennogrammes (EAGs) ont été examinés chez les deux sexes pour 54 des 56 composés identifiés et 5 de leurs analogues. Des différences significatives entre les sexes ont été observées pour 9 des 54 composés identifiés. Il n'y avait pas de corrélation entre l'ampleur de l'EAG et l'abondance relative du composé lors de son isolement. Pour les 5 principaux composés identifiés, 3 ont induit des EAGs relativement faibles, tandis que 2 étaient importants, par comparaison avec l'Hexane-1-ol utilisé comme témoin. Le classement relatif des EAG a été: hexénoates et hexanoates d'éthyl et de méthyl ≥ C4-C6 esters et/ou acétates ≥ octénoates d'éthyl ou de méthyl ≥ monoterpènes ≥ sesquiterpènes ≥ C2-C5 acétates, alcools et kétones. Les expériences de comportement avec chacun des 5 composés principaux identifiés, comme avec des mélanges de 6 composés ont mis en évidence une attraction des femelles vierges qui dans quelques cas avoisine la réponse à la phéromone témoin (odeur du mâle absorbée sur papier filtre). Ces résultats sont discutés en fonction de la sensibilité de l'antenne d'insexte aux composés supposés de la phéromone et aux composés allomonaux, et en fonction des autres études connues sur les phéromones de C. capitata.

Ancillary