SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • Borassus aethiopum;
  • growth;
  • humid savanna;
  • Ivory Coast;
  • life history;
  • palm tree;
  • population structure;
  • reproduction;
  • sex ratio

ABSTRACT

As with other plants having a relatively simple morphology, solitary palms are useful biological models for studying the life histories of long-lived plants. In the first study to investigate the life history of Borassus aethiopum, a widespread dioecious palm growing in African savannas, we found that: (1) the number of leaves increased up to reproductive maturity and then decreased during the reproductive period, while height increased throughout life; (2) female fecundity, measured as the number of seedlings within a few meters under the female canopies, decreased markedly in old individuals with few leaves; and (3) height distribution was strongly bimodal. This bimodality was due to variations in the stem elongation rate during the life of the palm and the accumulation of adults with low mortality rates in the taller height classes. The observed pattern of fecundity and number of leaves in relation to height clearly suggests a senescence period that began just after sexual maturity and appeared to be protracted. Comparisons between the life history of B. aethiopum and the life histories of some forest palms showed that environmental conditions cannot in themselves explain the various palm life histories.

RÉSUMÉ

Comme toutes les plantes avec une morphologie assez simple, les palmiers solitaires sont des modèles biologiques utiles pour l'étude des stratégies biodémographiques des plantes longévives. Par une première étude de Borassus aethiopum, un palmier dioïque des savanes africaines, nous avons montré que (1) le nombre de feuilles croît jusqu'à la maturityé sexuelle, puis décroît au cours de la période de reproduction, pendant que la croissance en hauteur se poursuir; (2) la fécondité, estimée par le nombre de plantules trouvées au pied de chaque femelle, décroît pour les individus âgés qui ont peu de feuilles; (3) les distributions en classes de hauteur des populations étudíéees sont nettement bimodales; cela peut être expliqué par des variations de la vitesse d'accroissement en hauteur et [‘accumulation d'adultes, dont le taux de survie est relativement élevé, dans les classes de taille supérieures. Le patron observé pour la fécondité, et le nombre de feuilles définit nettement une phase de sénescence qui commence juste après la maturityé sexuelle, et semble longue. La comparaison entre Borassus aethiopum et des palmiers forestiers montre que les conditions du milieu ne peuvent expliquer à elles seules leurs différentes stratégies biodémographiques.