Price Ceilings on Milk Production Quota Values: Future or Folly?

Authors


Abstract

Since the inception of supply management in Canada during the 1970s, milk production quota has been used to regulate output and participation in the dairy industry. In recent years, milk quota values have increased dramatically, almost tripling in value since the mid 1980s. This led to the Dairy Farmers of Ontario intervening on the milk production quota exchange on two occasions: first, in November 2006 with a progressive transfer assessment and then in July 2009, replacing the former policy with a firm price ceiling—fixing the unit price of quota at $25,000. These policies represent a significant redistribution of economic benefits from milk producers selling their quota to those remaining in the industry. The objective of this study is to first explore the reasons for the increase in production quota values; and second, to assess the welfare and distributional effects of each of the two quota policy schemes. Our results suggest that the increase in quota values were driven by basic economic factors and that the efficiency losses from intervention in the quota exchange are nontrivial. We conclude by suggesting there are several alternative policy options that could minimize efficiency losses while moderating the escalation in quota values.

Depuis la mise en place du système de gestion de l’offre au Canada dans les années 1970, les quotas laitiers sont utilisés pour régulariser la production et la participation dans l’industrie laitière. Au cours des dernières années, la valeur des quotas laitiers a fait un bond considérable et a pratiquement triplé depuis le milieu des années 1980. Cette situation a amené la Dairy Farmers of Ontario à intervenir à deux reprises dans le système d’échange de quotas laitiers : en novembre 2006, en imposant l’établissement d’un transfert progressif et en juillet 2009, en remplaçant la politique précédente par l’établissement d’un prix plafond ferme fixéà 25 000 $. Ces politiques permettent une importante redistribution des avantages économiques lorsque des producteurs de lait vendent leurs quotas à des producteurs qui demeurent dans le secteur. La présente étude visait d’abord à examiner les raisons qui sous-tendent l’augmentation de la valeur des quotas de production et ensuite àévaluer le bien-être et les effets distributifs de chaque plan de quotas. Les résultats de notre étude autorisent à penser que l’augmentation de la valeur des quotas a été motivée par des facteurs économiques fondamentaux et que les pertes d’efficacité découlant de l’intervention dans les échanges de quotas n’étaient pas sans importance. En conclusion, nous estimons qu’il existe plusieurs politiques de rechange qui pourraient minimiser les pertes d’efficacité tout en modérant l’escalade de la valeur des quotas.

Ancillary