Réformes du financement des systèmes d'assurance maladie aux Pays-Bas, en Allemagne et en France: quelles conséquences en matière de couverture sociale et de redistribution?

Authors


  • Pascale Turquet est également associée au CAPPS (Centre d'analyse des politiques publiques de santé, EHESP), Rennes, France.

Pascale Turquet, maître de conférences de sciences économiques-HDR, Université Rennes 2, 6, avenue Gaston-Berger, 35043 Rennes, France; courriel: pascale.turquet@univ-rennes2.fr.

Résumé

Les systèmes d'assurance maladie allemand, français et néerlandais s'efforcent depuis plusieurs années de freiner leurs dépenses et de diversifier leurs ressources, à l'origine essentiellement constituées de contributions sociales. Cette diversification peut passer par un élargissement de l'assiette des financements publics, mais aussi par un recours accru à des recettes et des opérateurs privés. Dans le cas de l'Allemagne et des Pays-Bas, ces réformes vont de pair avec la volonté de mise en compétition des organismes assureurs. En France, l'assurance complémentaire privée est devenue indispensable à un bon accès aux soins. Mais ces mesures ne sont pas dénuées de conséquences en matière de redistribution, conséquences que des dispositifs d'assistance peinent à corriger.

Ancillary