Enseignements de la réduction des retraites du deuxième pilier en Hongrie et en Pologne

Authors


Adresse pour correspondance: Elaine Fultz, JMF Research Associates, 4617 Pine Street, H-310 Phila­delphie, Etats-Unis; courriel: mef1972@gmail.com.

Résumé

En 1997, la Hongrie et la Pologne ont été les premiers pays d'Europe centrale à privatiser partiellement leur système de retraite national en réorientant une partie des cotisations au régime de retraite public vers des comptes d'épargne-retraite individuels gérés par le secteur privé. Puis, dans le sillage de la crise économique mondiale, elles ont l'une et l'autre réduit l'importance de ce deuxième pilier, la Hongrie en cessant de financer les comptes et en récupérant la majeure partie des sommes qui avaient été accumulées (en décembre 2010) et la Pologne en réduisant (en avril 2011) la part des cotisations affectée au deuxième pilier. Les raisons qui ont conduit à ce recul du deuxième pilier doivent être recherchées dans la manière dont il a été conçu en 1997, des aspects importants, liés au financement des comptes, aux caractéristiques des prestations privées et à l'encadrement des frais de gestion, n'ayant à l'époque pas été prévus. Dans les deux pays, les pouvoirs publics ont tenté de combler ces lacunes, mais avec un succès limité. La crise économique mondiale, en réduisant les rendements des investissements du deuxième pilier et en renchérissant le coût du crédit, a aggravé la situation. Comme le montre la conclusion, certaines questions restent ouvertes et la réponse qui leur sera apportée déterminera les incidences à long terme du recul du deuxième pilier.

Ancillary