Chinese Secret Societies in the Occident: Notes and Suggestions for Research in the Sociology of Secrecy

Authors

  • Stanford M. Lyman

    1. University of California, Berkeley
    Search for more papers by this author
    • *The author gratefully acknowledges the financial assistance of the Committee of Social and Economic Research and the President's Committee on Research of the University of British Columbia and the assistance in the collection of manuscripts of the Iowa Masonic Library. At various phases in this research the author was advised by Mr. William Willmott. Chinese materials were translated by Messrs. Berching Ho and Joseph D. Lowe. Mrs. Eileen Beeby gave helpful advice on an early draft of the paper.


Abstract

Les études sur la société secréte chinoise en Occident fournissent des matériaux pour le développement d'une sociologie des activités secrétes. En général ce sont des non-sociologues, avec des buts autres qu'académiques, qui se sont intéressés á ces sociétés. Cependant beaucoup de données valables sont disponibles et peuvent faire 1'objet d'une analyse sociologique. Les paralléles entre les franc-maçons occidentaux et les sociétés secrétes chinoises suggérent la possibilityé de développer une typologie des sociétés secrétes qui utilise comme critéres leurs attitudes vis-á-vis les normes de la société dominante et le mode d'expression de ces attitudes. Un modéle á quatre dimensions suggére que les distinctions conformité-aliénation, instrumental- “expressif” caractérisent de telles sociétés. Quoique les rites des sociétés secrétes se ressemblent, ils peuvent remplir des fonctions différentes selon les buts et les activités des sociétés.

La société secréte en Chine méme a été un instrument de rébellion non-idéologique. Elle ne fut pas fortement révolutionnaire mais elle a attiré des révolutionnaires. Les théories récentes de la sociologie politique sur le “brigandage social” et la rébellion non-idéologique pourraient être confirmées ou modifyées par l‘étude des sources chinoises.

Les Chinois á l'extérieur de l'Asie ont organisé des sociétés secrétes pour se protéger, pour s'entraider, pour fournir des biens et services illicites et pour exprimer leur intérét dans l'avenir politique de la Chine. II semble que l'assimilation de ces Chinois met en danger la survie des sociétés secrétes mais il faudrait plus de recherches sur ce sujet. Les données sur les sociétés secrétes chinoises en Occident suggérent la nécessité de modifier le modéle de Freedman pour l'étude du changement dans les communautés chinoises hors de l'Asie.

Ancillary