SEARCH

SEARCH BY CITATION

L'article fournit les premiers résultats d'une tentative faite pour répéter au Canada une étude américaine sur le prestige professionnel. On y discute d'abord de la méthodologie utilisée et des moyens disponibles pour la poursuite d'enquêtes sociales au Canada. On y présente ensuite les valeurs attributes, quant au prestige ciiacun à 204 emplois dans l'ensemble de l'echantillon eanadien et, séparément, les résultats à partir des interviews obtenues en anglais et en français. On obtient un coefficient de corrélation très élevé entre les résuitats de cette recherche et, d'une part, l'étude récente faite aux U.S.A., puis, d'autre part, des recherches antérieures au pays. Les Canadiens attribuent un prestige plus élevé que les Américains à la plupart des emplois. Les évaluations des francophones diffèrent quelque peu cependant, ceci étant sans doute dú en partie à la traduction des vocables professionnels. Les fiancophones contribuent moins que les anglophones, par ailleurs, aux évaluations extrêmes. Les données recueillies permettent de se demander si le recensement canadien fait une classification des emplois qui soit adéquate pour être utilisée comme indice de statut socio-économique. II appert qu'une classification des occupations qui proviendrait de recherches sociologiques serait plus adequate dans ce but.