SEARCH

SEARCH BY CITATION

À l'aide des données du recensement canadien de 1971, les auteurs tentent de mesurer l'incidence de l' appartenance à un groupe linguistique sur le rang social. La recherche porte sur les travailleurs masculins de la région métropolitaine de Montréal et l'indice de Blishen serf de mesure du rang social. Les résultats obtenus indiquent qúen 1971, la performance des travailleurs anglophones, du point de vue du rang social, était supérieure à celle qúauraient dû leur conférer leurs caractéristiques. Sauf pour les anglophones, il était avantageux pour tous les groupes linguistiques d'être bilingues. Pour les allophones, il était préférable de connaître l'anglais et le français plutôt qúune seule des deux langues, quoique l'apprentissage de l'anglais seul était plus rentable que l'apprentissage du français seul. Mais il était surtout rentable de ś intégrer à la communauté anglophone plutôt que d'apprendre seulement l'anglais ou encore les deux langues officielles. Les auteurs concluent que ces résultats concordent avec ceux que laisse pressentir dans un tel cas la théorie des réseaux d'information.

Using data from the 1971 Census of Canada, this research assesses the effect of language group membership on the Blishen-indexed achievement of employed males in the Montreal CMA. The findings reveal that the English mother tongue groups had higher achievement levels than their background characteristics would predict. Bilingualism in both English and French was associated with higher achievements for most groups, the exception being the English language groups. For allophone language groups bilingualism in the official languages was associated with higher attainments than was the acquisition of either French or English. The acquisition of English was, however, associated with higher achievements than was the acquisition of French. Nonetheless, integration into the English language group was associated with higher achievements than was either the learning of English or the acquisition of both official languages. The authors conclude that these data conform to a network theory of occupational achievement.