SEARCH

SEARCH BY CITATION

Le chômage et la dépendance des prestations de l'assurance chômage qui en découle ne peuvent s'expliquer uniquement en termes de compétence naturelle, d'éducation, de formation professionnelle ou d'expérience préalable du travailleur en tant qu'individu. Lorsqu'on analyse ces attributs, on constate que leurs effets sont médiatisés par l'influence du lieu de travail. Pour explorer cette proposition, nous nous servons d'un modèle segmentaire d'établissements identifiés comme étant marginaux ou centraux dans le monde du travail, et fonctionnant selon une analyse des facteurs des caractéristiques de l'établissement. Les données sont tirées d'un échantillon vraisemblable de réclamants de prestations d'assurance chômage de la région canadienne de l'Atlantique. Nous comparons les travailleurs du monde marginal du travail à ceux du monde central en termes de l'usage possible de prestations. La portée théorique et la ligne de conduite de nos conclusions sont soumises à la discussion.

Unemployment and subsequent dependence on unemployment insurance benefits cannot be explained solely in terms of the natural abilities, education, training or previous job experience of individual workers. When these attributes are analyzed, their effects are mediated through the influence of the workplace. To explore this proposition we use a segmentation model where establishments are identified either within the marginal or central work world operationalized through a factor analysis of establishment characteristics. The data are drawn from a probability sample of unemployment insurance claimants in Atlantic Canada. We compare workers in marginal and central work worlds in terms of potential benefit use. We examine through regression analysis the net effect of work world location, its importance in prediction, and its interactive effects with selected personal characteristics on potential benefit use. The theoretical and policy implications of our findings are discussed.