SEARCH

SEARCH BY CITATION

Dans cette note de recherche, nous utilisons les données du recensement de 1981 pour étudier la situation économique des femmes agées de trente ans au Canada. Nous comparons la population des femmes immigrantes (N= 37000) à celle des femmes nées au Canada (N= 160000), relativement à leurs niveaux éducationnel, occupationnel et financier. Les variables contrôlées individuellement par l‘étude sont: état civil, période d'immigration, origine ethnique, et dimension de la famille. Les résultats de notre recherche montrent que les femmes qui ont immigré alors qu'elles étaient enfant (dix ans ou moins) ont plus de chances que l'ensemble de connaître le succès socio-économique à l’âge adulte; par ailleurs, les femmes arrivées au Canada entre dix et vingt ans occupent le plus bas niveau de succès socio-économique. Il faut cependant noter plusieurs exceptions à ces conclusions générales. Une discussion des résultats dans le contexte de l'hypothèse de l“assimilation‘ indique que celle-ci n'est pas suffisante pour expliquer les différences de succès socio-économique au Canada des femmes nées à l’étranger: un cadre théorique plus large s'avére nécessaire.

In this research note we use 1981 Census data to examine the economic position of women thirty years of age in Canada, comparing immigrants (N= 37 000) to the native born population (N= 160 000) with respect to educational, occupational, and income attainment. Variables controlled individually in the study are marital status, period of immigration, ethnic origin, and family size. The findings show that immigrant women who came to Canada as children (ten years old or under) are more likely to have an advantaged socioeconomic standing at age thirty while immigrant females who entered the country as adolescents (ten to twenty years of age) have the lowest levels of socioeconomic achievement. However, there are several exceptions to these overall findings. The results are discussed in the context of the ‘assimilation’ hypothesis, but it would seem that a more comprehensive theoretical framework is needed to explain differences in status attainment among foreign-born women in Canada.