SEARCH

SEARCH BY CITATION

Jusqu’à quel point la différenciation sexuelle au sein des classes sociales reflète-t-elle la ségrégation occupationnelle des femmes dans des positions prolétarisées? Abstraction faite des effets de cette ségrégation, quels sont les secteurs de la structure occupationnelle où la différenciation sexuelle des classes est la plus marquée? Les réponses à ces questions proposées ici sont basées sur une analyse du recensement de 1981. Elles montrent que les femmes sont plus prolétarisées que les hommes, même lorsque l'on maintient constants les effets de la Ségrégation. Cela est en bonne partie causé par l'exclusion des femmes de ces secteurs où la propriété des moyens de production demeure possible. Une telle situation doit être comprise à la lumière des conditions historiques qui ont façonné les positions de classe des femmes et des hommes.

Using a special tabulation of 1981 Census data, this study assesses 1/ the extent to which gender differences in class reflect the occupational segregation of women into proletarianized positions and 2/ after controlling for the effects of occupational segregation, where in the occupational structure gender differences in class are most evident. Findings lend clear support to the claim that women are more proletarianized than men. Much of this tendency reflects women's exclusion from occupations in which ownership of the means of production is still an option. Controlling for this sexual division of labour, there remains a weak direct relation between gender and class, and dramatic gender differences in class within certain occupations. These results are discussed in terms of the historical conditions which have shaped the class positions of women and men in specific occupations.