SEARCH

SEARCH BY CITATION

Les liens ?entrecroisement entre les conseils ?administration des 100 plus grandes corporations canadiennes et ceux ?hôpitaux et ?universités entre 1946 et 1977 font ľobjet de cet article. Les liens entre corporations et universités se sont considérablement affaiblis au cours des années soixante, alors qu'un déclin similaire mais plus limité s'est produit entre corporations et hôpitaux. Pour ľessentiel, ces liens sont ľapanage, ?abord, de corporations sous contrôle canadien, dans les secteurs financier et du transport, et dans les services publiques; ensuite, ?universités québécoises, ontariennes et maritimes, vieilles et établies, qui ont plus de liens avec des corporations que les universités de ľOuest. Le réseau pan-canadien de liens inter-entreprises est renforcé par des liens indirects, entre corporations, résultant de la présence de plusieurs corporations au conseil ?administration ?un hôpital ou ?une université. Sont aussi renforcés les sousréseaux régionaux et locaux de ce réseau national.

This paper examines interlocking between the boards of the 100 largest Canadian corporations and the boards of major hospitals and universities, between 1946 and 1977. Interlocking between corporations and universities declined dramatically in the 1960s and there was a similar but weaker decline in interlocking with hospitals. Interlocks with hospitals and universities are concentrated among the Canadian-controlled corporations in the financial, utility, and transportation sectors which are generally viewed as central to the Canadian capitalist class. Long established, major universities in Atlantic Canada, Quebec and Ontario are found to have more interlocks with corporations than universities in Western Canada. Indirect ties between corporations, which result from two or more corporations being represented on the board of a hospital or university, reinforce the national network of intercorporate ties and strengthen its regional and city-based subnetworks.