SEARCH

SEARCH BY CITATION

II y a moins de vingt ans, les vieux quartiers au coeur des villes canadiennes ou vivait la classe ouvrière étaient menacés de démolition. Maintenant à la mode et habités par une population financièrement à l'aise, ces quartiers sont une forme urbaine paradoxale. Il représentent d'une part la montée d'une structure économique désindustrialisée et dénationaliséd dans laquelle les citadins déclassés et les membres de la classe ouvriere sont marginalisés. D'autre part-et c'est là l'objet central de ce texte-il se trouve fossilisé dans les nouvelles textures de ces quartiers une critique immanente du développement urbain moderne. En ce sens, ces quartiers montrent comment, par l'intermédiaire de l'industrie culturelle, les pratiques culturelles marginales engendrent leur propre déplacement.

The old neighborhoods in Canadian inner cities that less than two decades ago were working-class housing threatened with demolition but have lately become fashionable and affluent are a paradoxical urban form. On the one hand, they represent the emerging dominance of a deindustrialized, denationalized economic structure and the irrelevance of working-class and underclass city dwellers to this process. On another hand-this paper's central theme-fossilized in the new landscapes of these neighborhoods is an immanent critique of modern city-building. In the latter respect, these areas illustrate how, by the workings of the culture industry, marginal cultural practice breeds its own displacement.