SEARCH

SEARCH BY CITATION

Lu en tant qu'économiste politique, les écrits d'Antonio Gramsci nous munient d'un vocabulaire qui permet de restructurer d'une façon productive les questions qui inspirent à l'étude du capitalisme canadien. Cet article fait le compte-rendu des termes de référence d'une problématique Gramscienne, examine cinq études récentes sur la crise contemporaine globale qui signale un tournant analytique vers la pensée Gramscienne, et finalement incorpore ces perspectives dans le but de mettre à jour la situation canadienne. Pour les académiques canadiens, le défi posé par Gramsci est de réévaluer, en vue des développements historiques mondiaux, les formes spécifiques avec lesquelles les institutions canadiennes ont structuré le capital et organisé le consensus au Canada, de sonder les transformations présentes et récentes de ces formes, et d'évaluer les aspects positifs ainsi que les dangers que ces changements présentent pour les mouvements émancipatoires.

Read as a political economist, Antonio Gramsci provides a vocabulary in terms of which the questions animating studies of Canadian capitalism can be fruitfully re-framed. This paper first reviews the terms of reference for a Gramscian problematic, then examines five recent studies of the contemporary global crisis which signal an analytic turn toward Gramsci, and finally brings these perspectives to bear upon the case of Canada. For Canadian scholars, the challenge posed by Gramsci is to unravel, in view of world historical developments, the specific institutional forms in which capital has been structured and consent organized within Canada, to probe the recent and ongoing practical transformations in those forms, and to appraise the opportunities and dangers that these changes present for emancipatory movements.