SEARCH

SEARCH BY CITATION

Les développements sur l'identité ethnique des Inuit et sur les origines historiques de la dépendance dans le Nord canadien ne fournissent pas de théorie capable de rendre compte des différences dans l'intégration des Inuit au Labrador, dans la partie artique du Québec. Nous y sommes parvenus à la suite de notre analyse, en évaluant la validité d'un type de colonialisme interne pour le Nord canadien, qui poserait a priori l'existence d'une division ethnique du travail. Cette théorie s'appuie sur des données fournies surtout par le recensement. Celles-ci se regroupent autour des modes de participation de la population active Inuit, le maintien de l'identité et la survie de la langue.

Discussions of Inuit ethnic identity and of the historical origins of dependency in the Canadian North often fall short of an adequate theory capable of explaining the varying patterns of Inuit integration in Labrador, Arctic Quebec, and the eastern and western Northwest Territories. Our analysis does this by evaluating the validity of an internal colonialism model for the Canadian North, which posits the existence of a cultural division of labour. Data to support this contention are drawn largely from census material. The data focus is on patterns of Inuit labour force participation, identity maintenance and language retention.