The structuration of gender and deviance: a power-control theory of vulnerability to crime and the search for deviant role exits

Authors


  • *This manuscript was received in June, 1989 and accepted in January, 1990.

Abstract

Cet article réunit la théorie de structuration et la théorie du pouvoir-contrôle dans le but d'expliquer les différences dues au genre dans la vulnérabilité au crime ainsi que dans ce que l'on appelle la recherche de sortie par rôle déviant, y compris les pensées sur le départ de la maison et sur le suicide. La jonction de ces deux théories concentre l'attention sur la dualité des structures dans lesquels les méres et les filles sont é la fois véhicule et résultat du contrôle social domestique, et sur le contrat social patriarchique absolu dans lequel la liberté qu'on les femmes de prendre des risques est en effet échangée contre une réduction de leurs vulnérabilités au crime. Une analyse de données obtenues d'un échantillon d'adolescentes et de leurs mères démontre que le même contrôle domestique qui réduit la vulnérabilité des femmes face au crime, et qui aide à renouveller les structures patriarchiques familiales, agit aussi comme contrevenant à la sortie de ces structures familiales par rôle déviant. En raison de leurs capacités de reproduire le contrôle domestique des femmes, les structures patriarchiques de la famille sont probablement plus susceptibles au changement de l'exterieur que de l'intérieur. Cet article offre une perspective nouvelle sur les differences dues au genre quant à la détresse.

This paper joins structuration theory and power-control theory to explain gender differences in vulnerability to crime and corresponding differences in what we call the search for deviant role exits, including thoughts about leaving home and suicide. The joining of these theories focusses attention on a duality of structure in which mothers and daughters are both mediums and outcomes of domestic social control, and on an implicit patriarchal social contract in which the freeness of women to take risks in effect is exchanged for a reduced vulnerability to criminal harm. An analysis of data gathered from adolescents and their mothers demonstrates that the same domestic controls that reduce female vulnerability to crime, and that help to reproduce patriarchal family structures, also act to repress a search for deviant role exits from these family structures. Because of their power to socially reproduce the domestic control of women, patriarchal family structures may be more susceptible to change from without than within. This paper offers a new perspective on gender differences in distress.

Ancillary