SEARCH

SEARCH BY CITATION

Il ressort clairement de la lecture des textes en sociologie de la connaissance et de la science que les savants élaborent leurs interprcctations de la réalité en tant que membres de groupes et de réseaux sociaux. Autrement dit, les savants ne réagissent pas uniquement en fonction de la problématique à l'étude ou de normes scientifiques largement diffusées. D'où l'hypothèse selon laquelle les sociologues canadiens citeront les études de leurs collègues en fonction de l'emplacement géographique des universités de ces derniers et des contacts sociaux qui en découlent. L'auteur analyse les citations de deux livres, From Culture to Power de Brym et Fox et Sociology de Stebbins. L'analyse révèle que les auteurs de l'Ouest sont sous-représentés dans les références de From Culture to Power, qui surreprésentent ceux des grandes universités ontariennes, tandis que Sociology accorde une plus grande attention aux ouvrages d'auteurs des Prairies et de 1'Ouest.

Writing in the sociologies of knowledge and science makes it clear that scientists construct their interpretations of reality as part of social groups and social networks. That is, scientists do not react solely to the research problem at hand or to widely diffused scientific norms. This view leads to the hypothesis that, in Canadian sociology, authors will cite others' studies as a function of the geographical location of their universities and resulting social contacts, emphasizing the latter. Analyses are conducted for citations in Brym and Fox's From Culture to Power and Stebbins' Sociology. Results show that references in From Culture to Power underrepresent scholars in the West and overrepresent scholars from Core universities in Ontario, while Stebbins' book gives greater attention to works from the Prairies and the West.