Prostitution de rue et législation: l'occultation de la dimension morale et technique de gestion pénale

Authors


  • Nous désirons remercier Danielle Laberge et plus particulièrement Bruno Théorět et Marie-Marthe Cousineau pour leurs commentaires et suggestions. Ce manuscrit a été reçu en juillet 1991 et accepté en décembre 1992.

Abstract

In the public debate surrounding street prostitution a technical approach has been dominant, the two main protagonists both ignoring the moral dimension of the debate. This absence in fact serves to reinforce the demand for more stringent control. The author argues that pressure groups defending prostitutes should question the negative judgments they hold on prostitution. Only this re-examination can assure the harmonization between political strategies and political program.

L'auteure explique l'incapacité d'envisager la question de la sollicitation de rue autrement qu'en termes d'une technique de gestion en démontrant que les deux tendances rivales dans le débat évacuent la question morale liée à la prostitution. Cette évacuation conforte, par la měme occasion, la position politique du renforcement de la loi. L'auteure conclut sur la nécessité pour les groupes se portant à la défense des prostituées de questionner les jugements négatifs qu'ils portent sur la prostitution afin d'harmoniser stratégie et programme politiques. Ceci permettrait de requestionner les prémisses d'une activité jugée immorale justifiant le maintien de son contrǒle pénal.

Ancillary