SEARCH

SEARCH BY CITATION

Cet article est une première réponse à un appel visant à attirer l'attention sur les conséquences sociales pour les Cris de la Baie James de l'aménagement de complexes hydroélectriques sur le territoire qu'ils habitent. L'article donne une brève description des deux principaux modes de vie qui caractérisent la société crie, soit le mode de vie des chasseurs-pěcheurs-trappeurs, qui repose sur la coopération entre familles vivant en étroite relation avec le milieu naturel, et le mode de vie des villageois, dans lequel les personnes comptent davantage sur les institutions formelles pour la satisfaction de leurs besoins sociaux et matériels. Les deux modes de vie se chevauchent et dépendent l'un de l'autre. Des données provenant des dossiers des services sociaux indiquent qu'en raison de la centralisation rapide des Cris de la Baie James dans des villages structurés qui a accompagné les projets d'aménagement de grande envergure, la proportion des Cris qui se livrent aux activités économiques traditionnelles a diminué, créant une situation d'instabilité sociale dont témoignent les taux élevés de suicide, de négligence à l'égard des enfants, de vandalisme, de toxicomanie et d'alcoolisme. Tout porte à croire que d'autres projets d'envergure tels que la phase ii du projet de la Baie James aggraveraient ces problèmes, měme s'ils devaient créer des emplois pour un grand nombre des résidents des villages cris.

This article is a preliminary response to an appeal for attention to be given to the social consequences of hydro-electric development for the Cree of James Bay. A brief description is given of two main styles of life in Cree society: the hunting, fishing and trapping lifestyle in which families co-operate with one another and live in a close relationship with the natural environment, and the village lifestyle in which people depend more upon formal institutions to meet their social and material needs. These styles of life overlap and are interdependent. Data from social service files indicate that the rapid centralization of the James Bay Cree into structured communities that accompanied large-scale development decreased the proportion of people in the traditional economy — a situation which has led to social instability in the villages that is reflected in high frequencies of such problems as suicide, neglect of children, vandalism, and drug and alcohol abuse. Further large-scale developments, such as the proposed James Bay ii project, can be expected to make such problems worse, even if they provide employment for many residents of the Cree communities.