SEARCH

SEARCH BY CITATION

Ce compte-rendu de la campagne pour la préservation de l'une des grandes institutions féministes à Vancouver est centré sur la relation entre l'État et les mouvements sociaux. Loin de se limiter au simple récit des événements présentés comme une lutte entre les féministes et l'État, il met au jour les complexités d'un mouvement dont les ramifications s'étendent à l'État, à la société civile et à d'autres mouvements sociaux. L'image centrale du changement est tirée des expériences de femmes en transition dont le mouvement doit ětre compris comme une ouverture sur le monde et une réflexion critique sur les relations existantes. C'est ce processus qu'on voit à l'oeuvre dans la campagne de défense de la Maison des femmes de Vancouver.

This account of the campaign to save a major feminist institution in Vancouver focuses on the relation between the state and social movements. It goes beyond a simplistic rendering of the story as a struggle between feminists and the state, to reveal the complexities of a movement that overlaps the state, civil society, and other social movements. The central image of change is drawn from the experiences of women in transition, whose movement is best understood as an opening toward the world and a critical rethinking of existing relationships. This is the process we see in the Women's House Saving Action.