SEARCH

SEARCH BY CITATION

Cet article tente de retourner aux racines de la sociologie en tant que discipline et propose l'argument selon lequel ces racines sont emprein-tes de radicalisme. Après avoir comparé les chemins plutôt différents empruntés par la sociologie en Angleterre et au Canada, l'auteure poursuit en examinant le statut de la sociologie au Canada dans les années 1990. L'avènement du féminisme, en particulier les sociologues féministes, a été crucial et, d'une certaine façon, analogue à l'arrivée du marxisme auparavant. La conjuncture économique difficile et la montée de la droite représentent toutefois, dans les années 1990, une menace pour la sociologie. L'auteure en arrive à la conclusion que le postmodernisme constitue un recul, plutôt qu'un progrès, et que nous devons regarder ailleurs si nous voulons conserver et développer le potentiel de la sociologie «radicale».

This article is an attempt to return to the roots of sociology as a discipline and make the argument that these roots are “radical.” After comparing the rather different trajectories of sociology in England and Canada, the author proceeds to examine the state of sociology in Canada in the 1990s. The intervention of feminism, and in particular feminist sociologists, has been crucial, and is in some ways analogous to the intervention of Marxism at an earlier period. Dire economic straits and the rise of the Right present sociology with new dangers in the 1990s, however. The author concludes that postmodernism constitutes a retreat, rather than an advance, and that we must look elsewhere if we are to retain and develop the potential of a “radical” sociology.