SEARCH

SEARCH BY CITATION

Cet article applique le concept habermassien de la sphère publique à l'examen des relations entre les journaux ethniques et grand public présents à Toronto. En particulier, cette étude analyse les éditoriaux parus au cours de l'année précédant le référendum de 1995 sur la souveraineté du Québec et en explique la couverture médiatique sur la base d'entretiens avec les rédacteurs en chef des journaux concernés. Pendant cette période, tous les journaux, sauf un, étaient antiséparatistes. Cependant, contrairement aux journaux grand public, les journaux ethniques se sont particulièrement attachés à des questions de survivance culturelle. Les approches des éditeurs sur la question de la souveraineté suggèrent qu'on ne peut ni parler de sphère publique unifiée ni de publics multiples et atomisés. Il y a plutôt des sphères publiques multiples - inscrites dans des tempo-ralités socio-économiques spécifiques - qui se recouvrent et se complètent.

This article employs Habermas's concept of the public sphere in examining the relationship between ethnic and mainstream Toronto newspapers. In particular, the study analyses editorials in the year leading up to the 1995 Quebec referendum on sovereignty, and draws upon interviews with the newspaper editors in explaining the patterns of coverage. During the specified time period, all but one newspaper was anti-separatist. Unlike the mainstream papers, however, the ethnic presses stressed issues of cultural survival. The editors' approaches to the sovereignty question suggests that there is neither a single unified public sphere nor multiple discrete publics. Instead, there are multiple overlapping public spheres—embedded in particular socio-economic historical moments—that complement one another.