SEARCH

SEARCH BY CITATION

Au cours des trois dernières décennies, plusieurs chercheurs se sont penchés sur l'étude comparative de la criminalité aux États-Unis et au Canada. En particulier, Lipset (1990) et Hagan (1991) ont montré que la violence était plus fréquente au sud de la frontière Canado-américaine qu'au nord de celle-ci. À partir de l'étude des différences régionales intra-nationales de la criminalité, cet article montre que les deux pays ne se distinguent pas l'un de l'autre de manière univoque. D'abord, la prévalence des cambriolages et des vols de véhicules automobiles est comparable d'un pays à l'autre. Ensuite, les différences en ce qui concerne les vols qualifiés et les homicides s'estompent lorsque l'on procède à des comparaisons régionales contrôlant pour l'impact des métropoles. Les différences des taux agrégés de la criminalité entre les États-Unis et le Canada sont attribuables à la présence de quelques États et villes américaines où la violence et le vol sont particulièrement fréquents. Deux avenues d'explication sont explorées: la ségrégation résidentielle dés pauvres dans les villes et la disponibilité des armes à feu.

In the past three decades, a number of researchers have undertaken the comparison of American and Canadian crime rates. Among them, Lipset (1990) and Hagan (1991) have shown that violence was more frequent south of the border than in Canada. Using infra-national disaggregated crime rates, this article shows that differences in the two countries' crime rates are not univocal. First, there is no significant difference in the prevalence in burglaries and in car thefts between both nations. Second, differences in the robbery rate and the homicide rate shrink dramatically when controlling for the region and removing the effect of metropolises. What makes U.S. crime rates appear much higher than Canadian ones can be attributable to a small number of states and cities that have extraordinarily high crime rates. Two factors are proposed to account for this situation: residential segregation of the poor within cities and the availability of firearms.