SEARCH

SEARCH BY CITATION

Les recherches commencent à révéler de façon de plus en plus évidente la présence des autochtones dans les emplois salariés au Canada. Bien que nous constations la participation des autochtones au travail salarié, nous savons peu de choses sur le rôle joué par l'État en vue de les mobiliser pour qu'ils travaillent dans l'industrie canadienne. À partir de l'exemple des autochtones qui sont venus dans le sud de l'Alberta au cours des années cinquante et soixante travailler dans l'industrie de la betterave à sucre, cet article analyse le rôle de l'État dans leur mobilisation. Nous montrons qu'à diffé-rents échelons l'État, par l'intermédiaire de comités de main-d'œuvre fédéraux et provinciaux ainsi que du ministère fédéral des Affaires indiennes, a eu recours à diverses mesures paternalistes et coer-citives pour aider les fermiers du sud de l'Alberta à recruter et à retenir ces travailleurs. L'une des principales mesures utilisées par les gouvernements fédéral et provincial pour pousser les autochtones àémigrer a été de priver de leurs prestations d'aide sociale ceux et celles que l'on jugeait aptes au travail.

Research has begun to increasingly document Native peoples' participation in wage employment in Canada. Despite an acknowledgement of native participation in wage labour, little is known of the role of the state in mobilizing Native workers for Canadian industry. Using the case of Native migration to the southern Alberta sugar-beet industry in the 1950s and 1960s, this paper analyzes the role of the state in the mobilization of the native workers for employment. We show that the various levels of the state, acting through federal/provincial manpower committees and the Indian Affairs Branch of the federal government, used a variety of paternalistic and coercive measures to help farmers in southern Alberta recruit and retain Native workers. One of the main measures used by the federal and provincial governments to coerce Native people into migration was to cut off social assistance benefits to those Native people deemed to be employable.