SEARCH

SEARCH BY CITATION

Cet article analyse la Loi sur la sécurité dans les écoles de l'Ontario (2000) ainsi que les codes de conduite des commissions scolaires et des écoles secondaires des régions de Niagara et de Toronto. L'auteure examine comment ces codes sont organisés, justifiés et présentés aux élèves. En même temps, elle essaie de savoir à quel genre d'eleves (et d'adolescents) ils s'adressent, de même que quel type d'élèves ils créent, particulièrement sous l'angle de citoyens et de futurs travailleurs. Les codes de conduite sont des lieux de production du savoir qui façonnent le genre, les normes et le statut de classe moyenne des citoyens. Ils marginalisent également ceux qui ne s'y conforment pas facilement. De plus, ces codes suggèrent la gouvernance des jeunes au moyen de leur capacité d'agir et de l'autorégulation qui en résulte, accompagnées de techniques d'approche descendante.

This paper examines Ontario's Safe Schools Act (2000), and the codes of conduct of school boards and high schools in the Niagara and Toronto regions. I investigate how these codes are organized, justified and presented to students and, in the process, what kind of students (and adolescents) are assumed and created, particularly in terms of citizens and future workers. Codes of conduct are sites of knowledge production, fashioning middle-class, normative, gendered citizens, and marginalizing those who do not easily conform. These codes also suggest a government of young people through their capacity to act and consequent self-regulation, alongside more “top-down” techniques.