Assessing Risk of Victimization through Epidemiological Concepts: An Alternative Analytic Strategy Applied to Routine Activities Theory*

Authors


Abstract

Cet article fait appel aux concepts et aux techniques de l'épidémiologie pour examiner la capacité de la théorie des activités routinières à expliquer le risque de victimisation criminelle. En allant au-delà de l'identification des facteurs de risque de victimisation, les auteurs se demandent comment les changements des facteurs de causalité pourraient influer sur ce risque dans la population générale. lis trouvent que les prédicteurs établis avec des méthodes plus traditionnelles expliquent la plus grande partie du risque, mais que certains sont moins importants pour la compréhension du risque de la population dans l'ensemble en raison du petit nombre de personnes qui leur est associé, tandis que d'autres sont plus utiles parce qu'ils s'appliquent à un plus grand nombre de personnes.

This paper draws upon concepts and techniques from epidemiology to examine the ability of routine activities theory to account for the risk of criminal victimization. Moving beyond the identification of risk factors for victimization, we ask how changes to causal factors might affect the risk of victimization in the general population. We find that predictors identified with more traditional methods account for the bulk of the risk, but that some are less important for understanding overall population risk because of the small numbers of people associated with them, while others are more helpful because they apply to larger numbers.

Ancillary