SEARCH

SEARCH BY CITATION

Abstract. Although there was strong opposition to the FASB's pension standard, SFAS No. 87, there is evidence that adoption of the standard had a favorable transitory effect on the earnings of a number of companies. This study examines firms' decisions to adopt SFAS No. 87 earlier than the FASB required. The results indicate that there were significant differences among firms that chose to adopt SFAS No. 87 early and those that did not. Unlike earlier studies of income-increasing accounting choices, early adopters were large firms with large, more fully funded pension obligations. They were subject to more accounting-based debt constraints, especially on working capital, and were more constrained on interest coverage than were those that did not adopt. Of early adopters, officers and directors owned less stock than did outside owners.

Résumé. Bien que la norme SFAS no 87 du FASB relative aux régimes de retraite soulève une forte opposition, les faits démontrent que l'adoption de cette norme a eu des conséquences transitoires favorables sur les bénéfices de nombreuses entreprises. Les auteurs se penchent sur la décision de certaines sociétés d'adopter la norme SFAS no 87 avant l'échéance fixée par le FASB. Leur analyse révèle d'importantes différences entre les entreprises qui ont choisi d'adopter la norme avant l'échéance et celles qui ont préféré attendre. Contrairement à ce qu'ont indiqué les études précédentes relatives aux choix comptables entraînant une hausse des bénéfices, les entreprises qui ont adopté la norme avant l'échéance sont de grandes entreprises dont les obligations au titre du régime de retraite sont importantes et dont le régime est davantage provisionné. Elles sont assujetties à des contraintes fondées sur leurs obligations comptables, en particulier en ce qui a trait au montant de fonds de roulement à maintenir, et doivent assurer une bonne couverture des intérêts. Les cadres et les administrateurs des entreprises qui ont pris les devants possèdent moins d'actions que ceux des entreprises qui ont préféré attendre.